Finies les taches qui gâchent la vie : quelques astuces de détachant textile.

Nos astuces de détachant textile

On a tous connu ces moments qui commençaient bien avant d'être ... complètement ruinés par une maudite tache.  Comme la tache de café du lundi matin, juste avant la réunion avec les patrons. Ou la tâche de sauce tomate au moment de préparer un plat à son crush. Ou encore la trace de boue au moment de descendre de la voiture pour aller voir les beaux-parents... Et une fois le moment passé on se demande : comment enlever ces salissures tenaces qui nous ont déjà gâché la journée ? Quel est le meilleur détachant textile pour les tissus en général ?

Parce qu’à vrai dire, il existe quelques solutions miracles. Détachant textile naturel, recettes de grand-mère, je dois frotter la tache ou saupoudrer la tache ? Utiliser ce bon vieux savon de Marseille ? Allez on se met en mode “Fred et Jamy” et on va tacher de vous donner la réponse !

 

Astuce détachant textile : les solutions naturelles

Le savon de Marseille

En plus d’être une idée cadeau facile quand on revient de la cité phocéenne, c’est un super détachant textile naturel. Très efficace contre de nombreux types de salissure. Celles du quotidien comme la tache de café, de chocolat ou de graisse (huile, beurre…). Mais également contre les taches de sang.

Pour une efficacité à 100%, on choisit le vrai savon de Marseille, pas un ersatz coupé à l’huile. Bande de fadas. 

Éclaboussure de café, chocolat… ? L’astuce c’est d’humidifier la tache, et d’appliquer de l’eau froide sur le savon de Marseille. Ensuite on frotte avec le savon et on laisse agir quelques heures. Pour un résultat impeccable, on passe le vêtement ou tissu à la machine à laver. Vous verrez, comme on dit là-bas, ça marche bieng.

Souillure de graisse ? La tache doit être recouverte de copeaux de savon de Marseille (ou râpé). On laisse agir quinze minutes pour que le savon absorbe le gras. Et surtout, ne vous laissez pas emboucaner si la tache est ancienne : laissez agir plusieurs heures.

Tache de fruit ? Vite, vite, vite on retire le fruit du tissu à l’aide d’un papier absorbant. Pour ne pas étaler la tache, on tamponne pour absorber.

Après avoir laissé le tissu dans l’eau froide quinze minutes, on ajoute le savon et du jus de citron. On frotte délicatement la trace et on rince à l’eau froide.

Tache de sang ? Tout d'abord, on espère que vous ne vous êtes pas fait mal. Une fois remis de vos émotions, humidifiez le tissu avec de l'eau froide. Le mieux ici, est de frotter avec du savon de Marseille blanc. On laisse agir quinze minutes ou plus selon l’ancienneté de la tache. Ensuite, à l’aide d’une brosse à dents souple, on effectue des mouvements circulaires sur la souillure.

 

Le bicarbonate de soude

Le bicarbonate de soude a tout du produit miracle. Il enlève toutes sortes de taches sur un vêtement, un canapé ou un tapis. Très doux, le bicarbonate de soude a l’avantage de redonner un éclat parfait au linge blanc ou terni par le temps. Vous voulez une dernière preuve que cela fonctionne ? Nos grand-parents l'utilisaient déjà.

Pour une utilisation optimale : mélanger deux cuillères à soupe de bicarbonate de soude avec de l’eau chaude. Après on applique le tout sur un chiffon propre et on frotte énergiquement. Pour une efficacité complète, laisser agir au moins deux heures et aspirer la poudre.

 

Le vinaigre blanc

Grandement efficace, le vinaigre blanc est un détachant naturel et écologique, il se dégrade de manière rapide. Il est préférable d’utiliser le vinaigre blanc comme détachant textile pour la maison (tache sur le canapé, tapis, draps…). Attention tout de même quand vous l'utilisez : il peut avoir tendance à abîmer les vêtements les plus fragiles. Très efficace contre les taches du quotidien comme le café, l’encre ou encore ce petit cadeau que votre ami félin a pensé à vous laisser sur le canapé pendant votre absence. Le vinaigre blanc a l'avantage de supprimer les odeurs !

Pour une utilisation optimale : on mélange le vinaigre blanc avec de l’eau froide dans un récipient et on verse le tout sur la tache. On laisse agir une dizaine de minutes puis on frotte à l’aide d’une brosse à dents souple.

 

Le savon noir

Le savon noir est très efficace pour se débarrasser des traces difficiles sur les vêtements.

Mais pas n’importe quel vêtement ou tissu. Le savon noir, son truc, c’est le cuir. Le cuir d’un blouson, d’un sac ou d’une paire de chaussures.

Pour une utilisation optimale : frotter la tache avec du savon noir sur un chiffon propre et humide. On laisse agir quinze minutes ou plus longtemps (ça peut être plusieurs jours) si la tache est ancienne.

 

Après avoir appliqué ces différents détachants naturels sur des vêtements ou tissus, on les met à la machine à laver. Afin de rester dans une logique environnementale, on utilise des capsules de lessive sans matières controversées. Des capsules SPRiNG ... évidemment ;)

 

Quel est le meilleur détachant textile naturel ?

Maintenant que nous avons passé en revue les principaux détachants textile avant lavage, il est l’heure de leur décerner les bons points.

Le savon de Marseille, c’est LA valeur sûre en ce qui concerne les taches quotidiennes sur les vêtements. Qu’il s’agisse de taches récentes ou anciennes.

Le bicarbonate de soude, lui, c’est le top pour tout ce qui est canapé, draps, coussins ou tapis. C’est un vrai détachant pour les éléments de la maison. Mais un peu trop agressif pour la majorité des vêtements.

Le savon noir est le détachant naturel à privilégier quand il s’agit de tache sur du cuir. Canapé, sac, veste, pantalon… Tout y passe. Efficace en détachant textile maison et détachant textile vêtement. Un vrai 2 en 1.

 

Avec de bonnes astuces, un peu de patience et des produits naturels, aucune tache ne résiste. Rien ne vaut un détachant textile naturel pour ses vêtements ou tissus. Ils ont l’avantage de ne pas abîmer le produit et d'être efficaces contre toutes sortes de taches. Produits naturels, ils ne sont pas dangereux pour la personne qui l’utilise ni pour l’environnement. Bref, que leur demander de plus ?


Zéro déchet : pour une fois que le zéro a du bon !

Pourquoi adopter le zéro déchet ?

Dans la vie, il y a plein de chiffres différents. Certains dont on parle fièrement, comme notre nombre de footings ce mois-ci (1, presque 2 !!). D’autres qu’on voudrait oublier, comme le nombre de lessives à faire ce weekend (76). Et puis d’autres encore qui nous donnent envie d’agir. Comme celui de L’ADEME.

L’ADEME, l’Agence de Transition Écologique, a calculé qu’en moyenne, un français produisait 354 kg d’ordures ménagères par an. Rapporté à près de 70 millions, ça fait peur. Dans les océans, 635 000 kilos de déchets sont balancés chaque SECONDE. Chaque seconde ! En une seconde, on a à peine le temps de dire le mot : seconde.

On va s’arrêter là pour les chiffres. Pour en avoir moins peur, tendre vers le zéro déchet est primordial.  

Le mode de vie zéro déchet est un mode de consommation qui permet de réduire de façon drastique son impact sur l’environnement et de faire des économies. Comme son nom l’indique, le mode de vie zéro a pour but … de diminuer ses déchets au maximum. Pour certains, ce n’est pas compliqué, pour d’autres, la tâche est un peu plus tenace (blaque de #TontonJeanLuc). On va voir comment réduire ses déchets en adoptant des gestes simples.  

Comment passer au zéro déchet ?

Commençons par le plus important. Contrairement à ce que l’on peut penser, réduire son impact sur l’environnement ne signifie pas forcément un virage à 180° dans votre mode de vie ! Pas de panique, vous pourrez toujours prendre une douche chaude, et utiliser votre four pour faire un fondant choco. Au contraire, un mode de vie zéro déchet englobe un tas de petits gestes pas forcément compliqués. Il peut se mettre en place à la maison, au travail ou au supermarché, pour voir différemment sa manière de consommer et d’acheter. 

Allez ça commence, la chasse aux déchets (plastiques notamment) est lancée !

 

Objectif zéro déchet

À la maison

C’est généralement chez nous que nous passons la plus grande partie de notre temps. Commençons donc par voir comment le zéro déchet peut se mettre en place à la maison. C’est parti : 

  • Pour ses courses, bye bye les sacs en plastique. On utilise des sacs réutilisables, des tote-bags, un caddie ou même un sac à dos.
  • On remplace les bouteilles d’eau en plastique par des carafes ou gourdes remplies de l’eau du robinet. Les océans vous disent déjà merci.
  • Pour éviter les emballages plastiques, on privilégie les aliments en vrac. Riz, pâtes ou céréales. C’est moins cher, on prend la quantité qu’on veut, et puis faut bien avouer qu’ils sont jolis ces petits bocaux en verre dans la cuisine non?. Tiens d’ailleurs, pendant que nous y sommes, voici un petit TiPS 100% SPRiNG : vous pouvez réutiliser les pochons SPRiNG que vous recevez dans vos commandes de sprays (notre petit doigt nous dit que ce pochon se retrouvera aussi prochainement dans un nouveau produit). 

Dans la salle de bains

  • Et oui, dans la salle de bains, il y a de la matière pour réduire ses déchets. Premièrement, pour les barbus, rasoirs électriques au lieu des rasoirs jetables. Optons aussi pour du savon solide au lieu des gels douches et limitons le nombre de bouteilles de shampoing. Pour l’hygiène buccale, une belle brosse à dents en bois ou recyclable. Pareil pour les cotons tiges et les peignes. Avec ça, vous serez propre comme un sou neuf, et la planète aussi !
  • Attention, on rentre dans la catégorie petit chimiste ! Et si on faisait notre propre dentifrice ? C’est économique, facile à faire et en plus promis vos dents restent blanches. Allez on est cool, on vous donne les ingrédients et une petite recette :
    • Dans un bol, mélangez ½ cuillère à café de carbonate de calcium (pour son pouvoir abrasif doux et renforçant),
    • 2 cuillères d’argile blanche (pour son pouvoir assainissant et nettoyant)
    • et une pincée de sel (pour renforcer les dents et protéger contre le tartre et la mauvaise haleine).
    • Ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle bio de citron ou de menthe, pour parfumer votre dentifrice si vous le souhaitez.
    • Et hop vous versez le tout dans un petit pot en verre et votre dentifrice est prêt ! Magique non ?

Et dans la cuisine ?

  • Cuisiner le plus souvent possible permet d’éviter l’achat quotidien de plats préparés dans des emballages plastiques. Alors hop hop hop, on s’inspire de TOP CHEF et on passe plus de temps aux fourneaux. Vous nous ferez goûter vos bons petits plats pas vrai ?
  • On reste en cuisine avec les éponges. Elles nous sont si familières, ce vert et jaune on le connaît tous. Seulement, ces produits s’usent rapidement et finissent vite à la poubelle. On peut trouver des alternatives originales et à faire soi-même. Par exemple, opter pour des vieux vêtements. Pour le côté vert, on peut utiliser des coquilles d'œufs broyés. C’est ce qu’on appelle une éponge tissée “Tawashi”. Tac, et ça fait un nouveau mot pour impressionner la belle-famille.
  • En finir avec le film plastique pour les aliments. Le film alimentaire lavable est évidemment plus écologique. Pour les plus téméraires, vous pouvez également coudre une charlotte pour protéger vos plats. On sait que vous pouvez le  faire.
  • On bannit les tupperwares, le mot est moche et on ne sait jamais le dire. En plus, réchauffer sa nourriture dans un contenant plastique c’est mauvais pour la santé. À la place, on privilégie des récipients en verre ou en acier.
  • On sait que pour beaucoup d’entre vous, le café est un rituel. Mais qui peut parfois s’avérer néfaste pour notre chère planète bleue. Éviter donc les dosettes pour la préserver: elles sont vendues en grande majorité dans des emballages plastiques qui ne sont pas recyclables. Le mieux est d’acheter son café en vrac ou d’utiliser des capsules réutilisables. Et en plus, c’est meilleur.
  • Se mettre au compost pour diminuer sa poubelle. Pêle-mêle des choses que l’on peut mettre dans son compost et qu’on ignorait peut-être : déchets de fruits et légumes, plantes de maison, tontes de gazon, cartons, coquilles d’œufs (petits morceaux).
  • Enfin, parce qu’une maison propre, c’est une planète propre… nous ne pouvons que vous conseiller de laver votre intérieur avec des sprays nettoyants rechargeables sans plastique et d’origine naturelle. C’est un super réflexe, et on dit ça en toute objectivité ;)   

 

Les boutiques zéro déchet 

Les boutiques zéro déchet, ça nous parle chez SPRING, ça c’est sûr ! On a parlé astuces pour réduire la quantité de déchets à la maison, maintenant place à la consommation.

Les boutiques zéro déchet sont de plus en plus présentes en France… mais d’ailleurs c’est quoi en fait ? Une boutique zéro déchet est celle qui, quel que soit son domaine, propose des produits durables et biodégradables.L’avantage de la boutique zéro déchet, c’est qu’elle est dans une démarche 100 % écologique. C’est marrant, chez SPRING c’est exactement ce qu’on fait !

Quand on parle des boutiques zéro déchet, on pense évidemment aux magasins en vrac. Ces magasins proposent uniquement des produits non préemballés. Il s’agit encore d’un marché de niche qui représente moins de 1 % du marché de l’alimentation.  Les grandes enseignes s'y sont mises et 70 % d’entre elles proposent des produits en vrac dans leurs rayons. 

Mais en fait, on y trouve quoi dans ces magasins en vrac ? 

  • Des produits secs (graines, fruits secs…)
  • Des fruits et légumes
  • Du riz, des céréales, des pâtes, de la farine…
  • Les huiles et vinaigres : tournesol, olives, colza, noix..
  • Des produits à la découpe : viande, poisson, fromage, charcuterie…
  • Des bonbons
  • Du vin et du cidre
  • L’épicerie salée et l’épicerie sucrée 
  • Les sauces tels que le ketchup, la mayonnaise, la moutarde, la sauce soja...
  • Des produits d’entretien
  • Les shampoings et les après-shampoings liquides
  • Des cure-oreilles, cotons-tige, brosse à cheveux et à dents… Le tout, en bambou.
  • Et des produits de jardinage : terreau, bulbes...

Du coup, pour résumer c’est qu’il y en a pour tous les goûts dans les magasins en vrac, des moins aux plus gourmands. La seule chose à respecter, évidemment, c’est de ne proposer aucun matériau en plastique et aucun produit transformé. 

 

Un mot sur l’upcycling 

L’upcycling, que l’on peut également appeler surcyclage si comme nous vous étiez pas super fort en anglais à l’école, entre clairement dans cette démarche du zéro déchet et d’économie circulaire. 

Le surcyclage correspond à l’action de récupérer les matériaux dont on ne se sert plus afin qu'ils soient transformés en de nouveaux produits de qualité supérieure. Les possibilités sont multiples. Cette méthode est en plein développement en France, de nombreuses marques, de mode notamment, se mettent à l’upcycling. Il faut savoir que seuls 32 % des vêtements en vente sur le marché en France sont récupérés et collectés lorsqu’ils sont usagés. Le reste, en majorité, est balancé dans la nature. 

Des idées pour faire de l’upcycling à la maison (vous n’avez pas les images, mais vous avez de l’imagination) : 

  • Transformer ses vieux jeans en coussins ou sacs à main. Le jean est l’une des matières les plus simples à recycler. 
  • La chemise trop grande de son conjoint masculin peut devenir un très joli top pour les femmes. L’inverse est aussi possible, mais moins confortable.
  • Transformer une chemise en très jolie robe pour son enfant. 
  • Une robe trouée peut devenir un chouchou pour les cheveux.

 

Recycler et trier pour 0 déchet : un engagement pour la planète 

Comme vous le savez, l’impact écologique des déchets sur la planète est assez inquiétant. Mais chez SPRING, on n’aime pas être alarmant et pessimiste. Alors des exemples qui montrent comment le zéro déchet peut faire du bien. Dans nos astuces pour tendre vers le zéro déchet, on peut dire sans mauvaise foi qu’il n’y a rien de surhumain. Ce sont des astuces qui tournent pas mal autour du bannissement du plastique, non ? 

Et justement, en respectant simplement ces petites astuces, l’engagement pour la planète est immense. Un engagement qui peut être bénéfique pour les animaux. Il faut savoir que le plastique tue 1,5 millions d’animaux par an, et 99% des animaux marins auront ingéré du plastique d’ici 2050.

Selon National Geographic, 73% des déchets qu’on trouve sur les plages sont du plastique. En même temps, 89 milliards de bouteilles plastiques sont vendues par an et 5 000 milliards de sacs plastiques sont consommés.

En réduisant sa production de déchets ménagers et en modifiant quelque peu son mode de consommation par des gestes simples, on peut avoir un impact concret. On peut tous mettre un peu de “zéro déchet” dans notre quotidien. Mettre la main à la pâte et être consciencieux c’est l’essentiel, et ça, on sait que vous l’êtes.


Astuces pour lutter contre le gaspillage de l’eau ...

Commençons par le commencement : la consommation d’eau 

Chez nous, l’eau est un peu partout. Elle coule des robinets de nos maisons, des fontaines de nos places et parfois même du plafond du voisin. Si bien qu’on a tendance à oublier qu’elle est notre bien le plus précieux (juste devant vos capsules de lessive SPRiNG) et qu'il est facile de participer au gaspillage de l'eau.

Pourtant, encore beaucoup, vraiment beaucoup, trop de gens n’ont pas accès à l’eau potable. 2,2 milliards d’individus d’après les derniers chiffres. Oui, c’est énorme, et pour vous dire la vérité, on trouve ça inadmissible.

Vous le savez chez SPRiNG, quand une situation nous déplaît, on est plutôt du genre à chercher des solutions que grommeler dans un coin. Alors on s’est dit qu’en attendant de pouvoir amener de l’eau à travers le monde, on pouvait commencer par quelque chose de rapide et efficace : vous donner quelques clés pour lutter contre le gaspillage de l’eau

On a passé à la loupe nos gestes du quotidiens et nos habitudes de consommation pour qu’on puisse tous mieux préserver cet « or bleu » . Vous verrez, mis bout à bout, ces économies d’eau peuvent faire une réelle différence et en voyant votre facture d’eau, vous nous remercierez.

A bas le gaspillage de l’eau ! 

Rien de mieux que quelques chiffres pour vous montrer l’ampleur du phénomène. Et pas de soucis si vous étiez nuls en maths à l’école, nous avons sélectionné les plus parlants ! 

D’abord, il y a la consommation d’eau par habitant en France. Elle est aujourd’hui de 146 litres d’eau par jour environ. Oui, ça fait beaucoup. Et pourtant on n’en boit que 1%. En Europe, on est pas les plus mauvais élèves, mais on a tout de même des progrès à faire pour que la planète nous décerne les félicitations sur le bulletin.

Encore plus impressionnant : la consommation d’eau au niveau mondial a été multipliée par 6 en un siècle. Avec le nombre croissant d’habitants sur notre planète, les besoins en eau augmentent de manière exponentielle… alors que les ressources diminuent et le gaspillage s'accélère. Moyen sympa comme situation. 

Heureusement, on peut agir en limitant notre consommation d’eau. D’ailleurs, à votre avis, comment est-ce qu’on consomme l’eau aujourd’hui ? On vous laisse deviner les chiffres correspondant à la répartition de la consommation d’eau pour un ménage :

  • Boisson, nourriture (préparation et consommation) 
  • Chasse d’eau
  • Lavage du linge
  • Hygiène 
  • Ménage et entretiens 
  • Vaisselle
  • Lavage voiture et jardin.

Allez, on est sympa, on vous aide un peu, on vous donne les pourcentages que vous pouvez relier aux postes de consommations :

  • 12 %
  • 10 %
  • 20 %
  • 40 %
  • 5 %
  • 7 %
  • 6 %

 

(Si vous donnez votre langue au chat, sachez que les réponses sont à la fin de l’article. Pas de triche hein ?)

Chez SPRING, on est convaincus que chaque individu a le pouvoir de rendre le monde un petit peu meilleur, à son niveau. Oui, même vous qui lisez cet article. C’est vrai qu’à l’échelle individuelle, ça peut sembler insignifiant, mais si chacun s’y met un peu, on peut avoir un VRAI impact ! 

Mais du coup, comment est-ce que je fais pour économiser de l’eau dans ma maison ? 

Branle-bas de combat ! La première bataille contre le gaspillage de l'eau se mène à la maison . Pour cela, pas besoin de mettre la main au porte-monnaie. Une bonne capacité d’adaptation et un peu d’huile de coude suffisent pour changer nos habitudes au quotidien. 

Première étape, le cœur de la maison : la cuisine ! 

L’économie d’eau ne concerne pas exclusivement l’eau potable. 

Et oui Jamy, on peut parfaitement utiliser de l’eau non traitée pour certaines tâches de la maison ! 

Vos plantes ne vous en voudront pas si vous les arrosez avec de l’eau de cuisson. Bien au contraire, elles apprécient particulièrement l’eau de cuisson des œufs, riches en minéraux. Lorsqu’elle contient de l’amidon, elle agit comme désherbant naturel alors n’hésitez pas à en faire usage dans votre jardin. 

 

Porter un tablier est aussi une solution. Alors vous nous direz : quel est le rapport avec ma consommation d’eau ? C’est très simple ! Vous pourrez vous essuyer les mains sur votre tablier au lieu d’allumer le robinet à répétition. 

Passons maintenant à la machine à laver et à notre lave-vaisselle. Ces deux appareils sont plus économes en eau que le lavage à la main (si, si !). Ne faites pas comme la moitié des Français, ne les lancez pas à moitié vide ! Attendez le prochain repas ou profitez-en pour laver certains objets qui auraient bien besoin d’un petit tour en machine. Depuis combien de temps n’avez-vous pas lavé votre tapis de yoga ? Vos sacs de course ? Votre rideau de douche ou vos éponges ? Veillez également à utiliser le programme « éco » , vous le ressentirez sur votre facture d’eau. C’est votre banquier qui va être content.

 

Hop on change de pièce : direction la salle de bain ! 

Privilégier la douche au bain ça tombe sous le sens, mais si vous lisez cet article c’est que vous cherchez à faire mieux que ça ! 

Couper l’eau lorsque vous vous savonnez, vous vous rasez, vous shampouinez… Pour éduquer vos enfants et les sensibiliser aux économies d’eau, rien de tel qu’un petit jeu. Donnez-leur l’objectif de terminer leur douche avant que le sablier ne soit écoulé, soit 5 minutes. À votre savon, prêt, douchez-vous ! Ils en feront une affaire personnelle. 

Attention pratique controversée ! Vous pouvez aussi profiter de votre douche pour faire pipi. Et hop une chasse d’eau économisée ! 

 

Comme nous, vous n’êtes sans doute pas adepte des douches froides, mais on perd une quantité considérable d’eau en attendant qu’elle chauffe. Pourquoi ne pas la récupérer pour arroser vos plantes, votre jardin ou laver les légumes de votre repas du soir ? 

Pour le robinet, même combat. Pensez à le fermer au moment de vous brosser les dents ou de vous sécher les mains. Vous économiserez ainsi 1 000 litres par an, incroyable non ?

En ce qui concerne les toilettes, un petit geste gratuit peut faire la différence. Ajoutez une bouteille pleine dans le réservoir de la chasse d’eau. Ça diminuera la capacité du réservoir et donc le volume d’eau relâché à chaque passage au petit coin. 

 

Et pour le reste de la maison, comment réduire le gaspillage de l'eau ?

Le secret, c’est la chasse aux fuites d’eau. Souvent, un simple joint suffit !

Si certaines fuites sautent aux yeux, d’autres peuvent parfois passer inaperçues. On sait ce que c’est, un départ en vacances est synonyme de stress : penser au doudou du dernier, laisser la clé au voisin qui viendra nourrir le chat, ne pas oublier le GPS, l’appareil photo, les lunettes de soleil… 

 

À ça, s'ajoute désormais la fermeture de votre robinet d’eau. Merci SPRiNG pour allonger cette to do list pré-vacances ! Faites-nous confiance, c’est pour la bonne cause : ça vous permettra de repérer la présence de fuites. Rien de plus simple, relevez le compteur d’eau avant le départ : s’il a continué de défiler alors que votre robinet était coupé, c’est qu’il y a une fuite ! CQFD.

Une fuite dans les toilettes peut engendrer jusqu’à 140 000 litres d’eau perdus par an, cela vaut bien une petite enquête. 

 

Et l'entretien de la voiture ? C'est un geste fréquent pour quiconque possède une voiture. Cela va peut-être vous surprendre, mais en vous rendant dans une station de lavage, vous ferez une économie de 140 litres d’eau

 

En parlant d'entretien, on y pense pas automatiquement, mais le calcaire est aussi responsable du gaspillage de l’eau. Lorsqu’ils sont entartrés, les besoins en eau et en énergie de nos appareils électroménagers sont plus importants. Mais le calcaire n’est pas une fatalité : installez un adoucisseur, et hop, plus de surconsommation ! 

 

Et pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin ? 

Mieux vaut arroser le soir que le matin, ça évite 5 % à 10 % des pertes liées à l'évaporation. Biner pour aérer la terre permet également d’espacer la fréquence d’arrosage. 

 

Et si on sortait un (tout petit) peu notre porte-feuille pour investir et économiser nos ressources et réduire le gaspillage de l'eau ? 

Pour augmenter votre impact et passer à l'échelon supérieur dans la lutte contre le gaspillage de l’eau, sachez qu’un petit investissement peut avoir un très gros impact. Hop hop hop, on vous voit déjà scroller vers le paragraphe suivant, vous préfériez la partie sur les gestes gratuits c’est ça ? Mais ne fuyez pas, on ne parle pas d’investissements pharaoniques, PROMIS !

 

Par exemple, les robinets et pommeaux de douche représentent un véritable enjeu. Plusieurs solutions existent comme un limiteur de débit ou un pommeau de douche avec un aérateur qui réduit la quantité d’eau tout en maintenant une pression raisonnable.

Une grosse quantité d’eau est également perdue en attendant que l’eau arrive à température ambiante. Certes, vous pouvez récupérer l’eau mais on fait quoi quand on n’a ni plantes à arroser ni légumes à laver ? Il existe plusieurs solutions. Vous pouvez d’abord commencer par isoler le chauffe-eau et les tuyaux, ça permet à l’eau d’arriver plus rapidement. 

 

L’installation d’un mitigeur thermostatique est aussi une excellente option : il permet de régler la température de l’eau au préalable. Hop, vous économiserez 15 % de l’eau de la douche.  

 

Pour la chasse d’eau, (encore elle), optez pour le système de double chasse. Ça permet d’avoir une chasse d’eau petite évacuation (3 litres) ou grande évacuation (6 litres). Imaginez-vous les économies d’eau sur le long terme ? Et pour passer au niveau expert ? Investissez dans des toilettes sèches. 

 

À l’extérieur, vous pouvez aussi passer au récupérateur d’eau de pluie. 

Vous pouvez l’utiliser pour arroser votre jardin ou si vous êtes très bien équipés, vous pourrez l’utiliser pour vos WC. 

 

Le matériel d’arrosage "goutte à goutte", les micro-asperseurs, les tuyaux poreux peuvent aussi être intéressant et sont beaucoup moins gourmands en eau. 

 

Les “gestes éco-citoyens” : késako ?

 

Pour aller plus loin, vous pouvez parfaitement appliquer ces nouvelles résolutions quotidiennement. On a tous pris l’habitude de prêter peu d’attention à l’eau que nous consommons indirectement, via nos achats de biens et services. 

C’est ce qu’on appelle notre « empreinte eau », exactement comme on le fait avec notre empreinte carbone !  

 

Prenons l’exemple du textile ! Pour acheter vos vêtements, vous n’avez pas ouvert le robinet. Logique ! Pourtant pour faire pousser le coton, de l’eau a été utilisée pour satisfaire nos besoins et envies. 

Et quand on sait que le coton est le troisième consommateur d’eau d’irrigation dans le monde, après le riz et le blé, on se dit qu’il est temps de faire plus attention non ? Pour produire 1 kg de coton il faut entre 6 000 et 20 000 litres d’eau, le lin est beaucoup plus économe en eau et mériterait une place privilégiée dans nos dressings.

 

On sort de la penderie et on retourne à la cuisine ! 

Limiter la viande rouge est aussi un bon moyen de réduire son empreinte eau. Ce n’est pas tant l’hydratation des bêtes qui nécessite beaucoup d’eau (heureusement !), mais c’est bien la quantité d’eau utilisée pour les cultures destinées à leur alimentation qui pose problème. 

Tiens, en parlant d’alimentation ! Voir des aliments finir à la poubelle est toujours un crève-cœur, mais pensez à toute l’eau que leur production a nécessitée… 1 200 litres pour une pizza Margarita, 2 900 litres pour un hamburger, 430 litres pour 100 grammes de poulet. Wow, ça donne le tournis ! 

 

Notre dernier tips concerne le papier. La production de celui-ci demande une importante consommation d’eau, notamment pour le blanchir. En remplaçant le papier blanchi par du papier recyclé, on peut économiser 90 % d’eau et 50 % d’énergie, eh oui !

 

Ces gestes doivent bien évidemment être associés à ceux pour limiter la pollution de l’eau. Ce serait dommage de l’économiser pour la polluer ensuite avec nos déchets, n’est-ce pas ? Ne pas jeter ses huiles de cuisson dans l’évier, bannir les pesticides qui finissent dans les nappes phréatiques, éviter les matières synthétiques libérant des micro-plastiques lors du lavage et surtout limiter notre consommation de plastique. Dites adieu au plastique inutile, bonjour aux produits vierges d’emballages et aux recharges ! Ces gestes ne coûtent rien et sont pourtant lourds de sens.

 

Nous ne vous avons pas oublié, voici les réponses de notre petit quiz. 

 

Boisson, nourriture (préparation et consommation) = 7 % de la consommation d’eau pour un ménage

Chasse d’eau = 20 %

Lavage du linge = 12 %

Hygiène = 40 % 

Ménage et entretiens = 5 %

Vaisselle = 10 %

Lavage voiture et jardin = 6 %

 

L’eau, sa consommation et les manières de la préserver n’ont plus de secrets pour vous. Vous êtes maintenant incollable ! Votre prochain challenge : convaincre votre entourage d’adopter le maximum des gestes évoqués ci-dessus pour lutter avec vous contre le gaspillage de l'eau !

Alors, vous relevez le défi ? 


Do you speak tri sélectif ?

Si vous aussi vous ne savez jamais où jeter vos piles… Si vous aussi vous vous demandez si votre pot de yaourt a sa place dans la poubelle jaune… Ou encore, si vous aussi vous restez cinq minutes devant vos poubelles avec votre conserve à la main parce qu’elle est en verre mais a un couvercle en plastique… Vous êtes au bon endroit. Bienvenue au cours sur le tri sélectif. Avec ce petit guide, devenez bilingue en recyclage et apprenez à déchiffrer vos emballages.

Tri sélectif : est-ce que vraiment on est obligé ?

D’après l’ADEME, on produit plus de 4.5 tonnes de déchets par an en France : 224 millions de tonnes sont créées par la construction, 63 par les entreprises et 39 par les particuliers.

S’il existe des lois pour réglementer le recyclage pour les entreprises, rien n’est obligatoire pour nous et nos déchets de la vie de tous les jours. C’est donc à chacun de se renseigner sur les gestes à adopter et sur comment diminuer l’impact de ses déchets sur notre environnement.

Ok rien n’est obligatoire mais l’urgence est là. Si nous ne faisons rien, d’ici 2050 il y aura autant de déchets que de poissons dans l’océan… Ça fait beaucoup, non ?

Oui, c’est beaucoup. Et oui on peut y faire quelque chose. Chez SPRiNG, on croit que tout petit geste du quotidien pour aider la planète peut avoir une grande conséquence. Et c’est pour vous aider à y voir plus clair dans tout ce qui est consigne de tri et recyclage que l’on vous a listé les petits sigles de vos packaging préférés.

La langue des sigles

 


L’anneau de möbius

Le 22 avril 1970, première célébration du Jour de la Terre, l’anneau de Möbius devient le symbole international du recyclage. Pourquoi ? C’est un ruban dont on peut faire le tour sans fin. Symboliquement, il signifie que votre emballage peut être recyclé et réutilisé à l’infini. Un peu comme nos sprays et leurs pastilles recharges en fait.

Il peut être de différente couleur et même avoir un petit pourcentage à l’intérieur : c’est le % de matières recyclées utilisées dans la fabrication de votre emballage. Pas mal, hein ?

 

Le Point Vert

Très souvent représenté en vert, comme son nom l’indique , il ne faut surtout pas le confondre avec l’anneau de Möbius.

Ce logo ne vous dit rien du tout sur l’emballage mais sur l’entreprise. Il signifie qu’elle finance le tri sélectif dans les communes en payant une contribution obligatoire à Citeo ou Adelphe, deux éco-organismes du recyclage.

Certaines entreprises décident de ne pas l’appliquer sur l’emballage car trop trompeur pour beaucoup de consommateurs. Puisqu’il n’apporte aucune information sur le produit, autant ne pas le faire figurer dessus.

 

 

Le Triman

Le Triman ou « L’homme qui trie », c’est toujours mieux en anglais non ?

Ce logo est obligatoire sur les emballages recyclables, à la différence de l’anneau de Möbius. Comme ça, plus d’hésitation. Il faut ensuite se renseigner pour savoir où jeter son emballage pour qu’il soit bien recyclé : dans la poubelle de tri, en magasin, en déchèterie ou en borne d'apport volontaire.

 

 

Le Tidy man

« L’homme qui nettoie », tremble l’homme araignée. Ce logo parle de lui-même : il vous incite à jeter vos emballages dans une poubelle et non dans la rue. Ça vous paraît évident ? Bien. Mais un petit rappel n’est jamais de refus pour dépolluer notre belle planète.

 

 

La poubelle barrée

Au contraire, ce logo vous indique qu’il ne faut pas jeter votre produit/emballage dans la poubelle ménagère. Souvent il est appliqué sur les piles et les appareils électroniques. Il faut aller les déposer en magasin ou en borne d’apport volontaire.

 

 

L’info-tri

C’est le logo qui va vous donner le plus d'informations sur votre emballage en un petit coup d'œil. Certains emballages ne sont pas entièrement recyclables ou alors ses composants ne se recyclent pas dans la même poubelle. L’info-tri est là pour vous aider à dissocier ces différents éléments et vous faire adopter les bons gestes.

Félicitations, vous êtes désormais capable de différencier et comprendre les logos du recyclage.

 

À nous deux, les poubelles !

Vous savez maintenant déchiffrer vos emballages, vous êtes donc sûrs de trier correctement ? C’est un peu plus compliqué que ça… car en France, on ne recycle pas les mêmes déchets en fonction de l’endroit où l’on habite. Chaque collectivité a ses consignes de tri en fonction des capacités de son centre de tri. S’ils peuvent tous recycler les bouteilles et flacons en plastique, c’est une autre histoire pour le pot de yaourt par exemple. Voilà pourquoi on a peu d’informations concrètes sur nos emballages : les entreprises ne peuvent adapter leur packaging à toutes les régions où ils vendent leur produit. Ou pourquoi il n’est pas indiqué que votre emballage est recyclable alors qu’il l’est dans votre commune.

On vous avait dit que c’était un peu compliqué…

Heureusement, tout ceci est en train de changer avec la modernisation des centres de tri et l’extension du tri sélectif pour les emballages en plastique. D’ici 2022, on devrait tous pouvoir jeter dans la poubelle jaune notre pot de yaourt, sac en plastique et barquette de jambon en plus des bouteilles et flacons en plastique, des emballages en métal et des boîtes de conserve.

Tri sélectif : je les trie comment mes déchets alors ?

En attendant 2022, on vous a fait un petit récap juste en dessous 👇

Ma commune n’est pas concernée par l'extension du tri sélectif

Poubelle jaune :
- Bouteilles et flacons en plastique
- Emballages en métal et boîtes de conserves
- Tous les papiers, emballages en carton et brique alimentaire (même les tickets de CB et votre courrier !)

Pour être sûr que votre emballage soit recyclé et pour faciliter le travail dans le centre du tri, déposer vos emballages vides et séparés les uns des autres, surtout pas dans un sac plastique (qui va dans la poubelle ménagère pour l’instant) ! Au recyclage carton de pizza plein de gras mais sans croûtes à l’intérieur, au recyclage petit cubis bien vidé et dont la poche plastique a été séparée de l’emballage carton, au recyclage le… bon voyez l’idée?

Poubelle verre :
- Pots et bocaux en verre sans couvercle
- Bouteilles en verre sans bouchon

Les couvercles et bouchons sont en plastique ou en métal donc direction la poubelle jaune ! Comme pour la poubelle jaune, les emballages en verre doivent être bien vidés, mais inutile de les rincer ! Vous pouvez laisser l’étiquette également.

Déchèterie/Magasin :
- Piles
- Appareils électroménagers

Poubelle ménagère :
- Tout ce qui n’a pas pu être recyclé : objet en plastique*, vaisselle (dont les verres), miroir, cagette en bois, pot de yaourt, papier alu, etc.

*on ne trie que les emballages en plastique. Pensez à faire don de vos jouets en plastique à une association !

Ma commune est concernée par l’extension du tri sélectif

Plus de maux de tête devant les poubelles !

Ajoutez à la liste du dessus tous les autres emballages en plastique (sac plastique vide, pot de yaourt, tube de crème, cintre exclusivement en plastique, papier bulles, film plastique autour des magazines ou pack d’eau…) et métal (capsules de café type Nespresso, sachets de surgelé, papier alu, cintre exclusivement en métal...) à la poubelle jaune. Le reste est le même.

Vivement 2022, non ?

Comment savoir si ma commune est concernée par l’extension du tri sélectif ?

Pour cela, deux options. Promis, cette fois-ci, tout est simple :
- Je consulte le site de ma mairie
- Je télécharge l’application “Guide du tri” de Citeo qui me renseigne sur comment bien trier toutes les parties de mon emballage en fonction de ma ville.

Et voilà, vous êtes bilingue en recyclage. Désormais les sigles et le régime alimentaire de chaque poubelle n’ont plus aucun secret pour vous ! La chance.

Passez le mot à votre voisin pour plus d’impact 😉


Des protections hygiéniques clean, Mère Nature approuve.

Imaginez un peu le décor : vous venez de passer une nuit paisible et revigorante et vous êtes toute motivée pour attaquer la journée ! Un dernier étirement et c’est par… Ding dong… c’est Mère Nature ! Noooon… vous vous remettez en boule dans la couette et ne pensez qu’à votre bouillotte. Il est l’heure de ressortir vos protections périodiques. Celles que l’on achète sur les conseils de maman ou des copines mais sur lesquelles on ne se penche jamais vraiment. Vous savez de quoi est fait votre tampon ? Combien de temps se garde une culotte menstruelle ? Quel est l’impact environnemental de votre serviette hygiénique ? La team SPRiNG s’est renseignée sur les protections hygiéniques clean et on vous dévoile tout ici !

Un coup de balai plus que nécessaire 

Après les cosmétiques, on passe au peigne fin les produits d’hygiène féminine. Comme tous les produits que nous utilisons au quotidien, il y a en a qui sont plus ou moins bons pour notre santé et la planète. Heureusement, une fois que l’on sait où et quoi regarder, il est plus facile de se tourner vers les produits vraiment clean et efficaces. 

Pourquoi y faire attention ? Parce que les conséquences que peuvent provoquer les protections périodiques ne font vraiment pas envie… Sans vouloir vous affoler mais un peu quand même, vous pouvez avoir une « simple » mais dérangeante irritation. Pour minimiser ces risques, il y a quelques infos à garder en tête. 

Et attention, même si vos protections hygiéniques sont les plus clean possible, il faut respecter leurs conditions d’utilisation, encore plus pour le tampon et la coupe menstruelle. C’est pénible de devoir penser toutes les 4 à 6 heures à changer sa protection mais c’est un effort qui en vaut la peine. Vous risqueriez de contracter le syndrome du choc toxique (SCT) qui s’attaque à vos organes vitaux si ce n’est pas traité à temps… Allez, on remballe sa flemme et on fait attention à l’heure. 

Vous êtes de plus en plus intéressée par un guide des protections hygiéniques saines et sur comment bien les utiliser ? On vous comprend, on était pareilles. Et à chaque protection périodique, ses recommandations. 

Les serviettes hygiéniques et les tampons

Ces produits ont été développés pour absorber notre flux et ne pas le laisser s’échapper ! « Mais tu es sûre que je n’ai pas une tache ? Bah marche un peu devant moi et je te dis ça. » On passe du temps à savoir si on veut une serviette hygiénique avec ou sans ailettes, si on a besoin du tampon + ou +++ ou +++++++ mais jamais à connaître l’impact sur notre santé et notre planète.  

Je vais vous prendre la composition s’il vous plaît. 

Bonne chance pour l’obtenir. Il n’y a aucune réglementation qui oblige les fabricants à inscrire la composition de leur produit sur leur packaging. Vous pouvez chercher autant que vous voudrez… vous n’y trouverez rien… et c’est bien dommage car ça vaut le détour. 

Pour la partie absorbante, la plupart des marques classiques utilise de la cellulose. C’est une matière organique naturellement marron. Vous vous imaginez vous, utiliser une serviette hygiénique ou un tampon tout marron ? Ça ne fait pas très propre ni sain. Les marques classiques se sont dit pareil. Elles ont trouvé la “solution” en blanchissant la cellulose avec du chlore. Mouais... Les produits sont ainsi blancs et propres et… et puis c’est tout en fait. Bah oui, ce n’est pas très sain d’appliquer du chlore sur ou dans son corps… Il peut irriter votre peau et vos voies respiratoires. 

En plus de la cellulose, des billes super absorbantes sont utilisées pour vous proposer des produits toujours plus absorbants. Un bon cocktail de produits chimiques qui se retrouve encore une fois en contact direct avec une partie si fragile de notre corps. Et s’il peut respirer quand vous retirez votre serviette hygiénique, c’est une autre affaire avec un tampon : des fils peuvent rester et continuer à diffuser ces composants dans votre corps… 

Allez, on sent que vous n’en avez pas encore assez. Et si on vous disait qu’on retrouvait du plastique, des perturbateurs endocriniens et du glyphosate dans certaines protections hygiéniques ? Et qu’une serviette hygiénique classique met 500 ans à se dégrader ? « Ah ouais quand même ? » Ouais. Quand même. 

On choisit quel type de serviette hygiénique ou tampon alors ? 

Des produits 100% coton. S’il est BIO c’est encore mieux. Et s’il est labellisé GOTS c’est parfait. 

« GOTS ? Ils ont fait une nouvelle saison ?! » Mais non, GOTS, Global Organic Textile Standard, c’est le label qui s’assure que votre t-shirt ou protection intime en coton a été fabriqué avec des conditions environnementales et sociales strictes ! Tout est expliqué juste ici : https://youtu.be/Hh1hVBhRDuQ

Si vous avez la peau sensible, privilégiez des protections périodiques sans parfum. Ce sont des composants non essentiels qui peuvent déclencher des allergies. 

Choisissez également un produit adapté à votre flux ! C’est quelque chose d’encore plus applicable pour les tampons : s’il est bien adapté, vous allez le changer au bon moment et ainsi minimiser tout risque de contracter le SCT. 

 

La culotte menstruelle

La culotte menstruelle séduit de plus en plus. Conséquence : de nombreuses marques en proposent et on est rapidement perdues face à ce vaste choix. Voici nos deux trois conseils. 

Bye bye les produits chimiques et bonjour les protections hygiéniques clean !

Parce que le principe est le même qu’une serviette hygiénique, on retrouve la problématique des composants chimiques. On concentre donc nos recherches sur une culotte menstruelle dont la partie absorbante est faite en coton. Exclusivement. 

Hello le textile durable

Si l’on fait attention à la partie absorbante, autant faire aussi attention au tissu qui compose la culotte. Pour un confort absolu, optez pour une culotte en coton. Et c’est la même chanson : s’il est BIO c’est mieux, s’il est certifié GOTS c’est parfait. 

 

Use. Wash. Repeat 

Pour qu’elle dure plus longtemps, votre culotte menstruelle doit être bien lavée. 

Alors on suit les petits pictogrammes et si on sait pas les déchiffrer ça donne ça : 

  • Lavez en dessous des 40°C (et avant la première utilisation)
  • Ne lavez pas à sec
  • N'ajoutez pas d’assouplissant
  • Ou encore moins de l’eau de Javel
  • Après lavage, laissez sécher sur un étendoir (ne pas mettre au sèche-linge)
  • Vous pouvez laisser votre fer à repasser au placard : il ne faut pas les repasser. 

Le plus de la culotte menstruelle, c’est qu’on peut la garder jusqu’à 12h ! Parfait pour un Paris - Los Angeles ✈️

 

La coupe menstruelle

La coupe menstruelle ou cup est une alternative aux précédentes protections périodiques et elle a ses propres problématiques. 

Encore une histoire de composition, non ? 

Et oui… comme avec les tampons, il faut redoubler de prudence car c’est un produit qui s’insère à l’intérieur du corps. Il faut donc s’assurer de la bonne composition d’une coupe menstruelle avant de l’acheter et de l’utiliser. D’autant plus que c’est un produit réutilisable donc si vous utilisez une coupe menstruelle fabriquée avec un matériau douteux, elle risque de moins bien vieillir et de ne pas être réutilisable autant d’années que la durée annoncée à l’achat. 

"60 millions de consommateurs" a élu le silicone médical platine "matériau le plus adapté" pour la coupe menstruelle ! 

Des précautions d’utilisations ? 

Oui ! Vous avez maintenant bien conscience du SCT et savez comment l’éviter : ne pas utiliser sa protection hygiénique plus de six heures.

Adopter la coupe menstruelle, c’est aussi adopter ces gestes simples et efficaces : 

☀️ La journée, bien la rincer après l’avoir vidée 

🌘 Le soir, la stériliser pour le lendemain

🌙 La nuit, utiliser des serviettes hygiéniques ou une culotte menstruelle

Et hop, c’est reparti. 

 

Ça y est, vous savez reconnaître des protections hygiéniques clean et efficaces ! Mais ce que vous ne savez pas encore, c’est qu’une marque a bien pris conscience de toutes ces problématiques. Elle a ainsi développé des produits dans lesquels vous pouvez vraiment avoir confiance. Nous voilà rassurées et Mère Nature ravie pour nous. 

 

FAVA, la marque de protections hygiéniques clean for amazing vaginas

En 2017, Evelyn et Jeanne se rencontrent et se disent que ce n’est vraiment plus possible de ne pas trouver des protections périodiques qui respectent notre corps et notre planète. 

En 2019, elles lancent leur marque : FAVA, For Amazing Vaginas. 

 

Et depuis, chaque femme peut trouver l’allié de ses règles : 

Des serviettes hygiéniques et tampons 100% coton BIO certifié GOTS, sans parfum pour convenir aux peaux les plus sensibles

Une culotte menstruelle 97% coton BIO certifié GOTS, la première du marché

Une coupe menstruelle en silicone médical niveau platine, avec 8 orifices de dépression pour la retirer plus facilement

Des infusions 100% naturelles pour lutter contre le syndrome pré-mensuel 

 

Pourquoi on aime autant FAVA, la marque de protections hygiéniques clean ? 

Parce qu’ils nous aident à réduire votre charge mentale. Après la lessive et les tablettes lave-vaisselle, plus besoin d’ajouter vos protections hygiéniques à la liste de course. FAVA vous les livre dans votre boîte aux lettres tous les 3 mois. Vous voulez l’essayer une première fois avant de vous lancer ? Pas de soucis, une offre découverte est disponible !

 

Avec tout ça, vous devriez aborder votre prochain cycle plus sereinement. Nous, on file lancer une machine pour tester la culotte menstruelle !


quel-spray-nettoyant-utiliser

Quels sprays nettoyants utiliser pour laver efficacement sa maison ?

Avec le retour du printemps et du soleil, on a envie d’une maison fraîche et toute propre. Terminés les après-midi au fond de sa couette avec son chocolat chaud. Il est temps d’ouvrir en grand les fenêtres, d’enfiler ses gants de ménage, d’ouvrir son placard rempli de produits ménagers et… et bah on ne sait pas. Parmi tous ces produits… quels sprays nettoyants utiliser pour que chaque pièce de la maison soit la plus clean possible ?

Un spray nettoyant pour toute la maison ?

Ça fait rêver, non ? Un produit unique qui fonctionnerait pour n’importe quelle pièce. Il serait capable de dégraisser, de détartrer, de faire briller et de passer l’aspirateur tout seul.
Malgré les promesses des marques traditionnelles avec des produits tout-en-1, ce produit n’existe pas… si vous voulez vraiment laver votre maison.

On vous explique. 🕵🏽‍♂️

Les formules des nettoyants en spray sont développées en fonction de l’utilisation du produit : un spray anti-calcaire contient des actifs pour détartrer, un spray cuisine ou multi-surface permet de dégraisser, un spray pour les vitres les nettoie et les fait briller, etc.

Donc si on veut un spray qui détartre et dégraisse à la fois, il faut mélanger deux formules. Et c’est là qu’il y a un hic… Sans être des chimistes en herbe, on peut vous dire qu’il y a des composants qu’il ne vaut mieux pas combiner. Car quand ils se rencontrent… c’est la pagaille assurée. Les formules 2-en-1 seront donc adaptées pour que tout le monde s’entende en retirant quelques actifs par-ci et en ajoutant quelques autres par-là. Mais ça se fera au détriment de l’efficacité. Ce produit dit “2-en-1” ne dégraissera et ne détartrera jamais aussi bien que deux formules spécialement conçues pour.

J’achète donc 218936 sprays nettoyants ?

S’il ne faut pas se faire avoir par un produit qui promet monts et merveilles, acheter tout le rayon n’est pas non plus recommandé. D’abord parce que ça prend beaucoup trop de place dans votre placard (à moins que vous n’ayez un très très grand placard) et aussi parce qu’acheter plein de bouteilles en plastique, ça a un impact sur l’environnement. Eh oui, ce sont 77500 tonnes de plastique liés aux sprays ménagers que l’on jette chaque année…On sait pas ce que vous en pensez, mais chez SPRiNG on se dit qu’on doit pouvoir faire un petit geste pour la planète non ?

Comment on arrive à ce chiffre impressionnant ?

C’est parce qu’un spray ménager, c’est 90% d’eau et 10% de formule active, le tout dans une jolie bouteille en plastique. À chaque fois que vous achetez un produit en spray, vous achetez donc principalement de l’eau et du plastique. Une fois le nettoyant en spray terminé, la bouteille en très bon état sera jetée et peut-être jamais recyclée... comme 74% du plastique. C’est ba-l’eau.

Ok, je n’achète plus de sprays nettoyants.

Huuum, non ce n’est pas exactement ça non plus. Comme avec les fondants au chocolat, il ne faut juste pas abuser de produits ménagers. Il y a des comportements qui peuvent vous permettre de laver efficacement votre maison tout en limitant l’impact environnemental.

Le DIY

Il s'invite de plus en plus chez nous. On aime fabriquer nos propres produits pour bichonner sa maison et vous avez bien raison ! C’est une méthode qui nous permet de savoir exactement ce qu’il y a dans nos produits.

Et comme on vous sent motivés, on vous donne notre recette de spray nettoyant multi-surfaces maison :

Pour un flacon de 500 ml :
Ingrédients
400 ml d’eau chaude
50 ml de savon noir
8 ml de bicarbonate de sodium
10 gouttes d’huiles essentielles d’eucalyptus

Ustensiles
Un flacon de 500 ml ou plus avec une gâchette
Un bol
Un fouet
Un entonnoir

Étapes
1 - Verser dans un bol suffisamment grand l’eau chaude et y ajouter le bicarbonate. Remuer à l’aide de la cuillère en bois.
2 - Ajouter le savon noir et remuer.
3 - Ajouter l'huile essentielle.
4 - Transvaser le tout dans le flacon à l’aide de l’entonnoir !
5 - Pschiiiit pschiiit

Choix des ingrédients :
Pourquoi ne pas avoir mis de vinaigre blanc dans notre recette ? Ce produit plus qu’efficace pour faire briller votre machine à laver ? Tout simplement parce qu’il n’est pas adapté à toutes les surfaces. Son acidité peut endommager les surfaces poreuses comme le marbre, le granit et le carrelage en pierre. Notre recette est ainsi adaptée à plus de surfaces mais comme on vous l’a appris en haut de l’article : si vous voulez agir contre un type de saleté en particulier, utilisez un spray spécial. Déjà que c’est difficile de venir à bout du calcaire alors si on pouvait éviter d’y repasser tous les deux jours…

Le DIY n’est pas fait pour vous, vous n’avez pas le temps ? Pas de panique. Il y a une autre solution pour avoir des produits efficaces et dans lesquels vous pouvez avoir confiance.

Les marques éco-responsables

Dans chaque catégorie de produits, des marques respectueuses de l’environnement et de la santé existent. Pour les produits d’entretien, il y a SPRiNG.

On propose des lessives et produits d’entretien aux formules clean et efficaces : bons pour la planète, pour votre maison et pour votre santé.

Les nettoyants en sprays de SPRiNG c’est :
🧴 une bouteille rechargeable à l’infini
🟢 une pastille de 4 grammes seulement
🚰  de l’eau de votre robinet

Très concentrée et très efficace, la pastille est à 95% d’origine naturelle. Diluée dans 500 ml d’eau, elle se transforme en un redoutable spray ménager pour la salle de bain, la cuisine ou les vitres qui laisse une bonne odeur de propre.

Acheter une seule fois une bouteille et la réutiliser à l’infini grâce à des pastilles recharges, c’est dire stop aux plastiques à usage unique. Pas mal, non ?

Maintenant vous savez tout, alors à vos bouteilles rechargeables. Caché ou pas caché, calcaire, saletés et poussière j’arriiive.


le-guide-ultime-pour-bien-entretenir-son-lave-linge

Le guide ultime pour bien entretenir sa machine à laver

Se motiver pour faire sa lessive, c’est compliqué… Alors se motiver pour nettoyer sa machine à laver, je vous laisse imaginer.

N’attendez pas que votre machine sente aussi bon que vos chaussettes de sport pour prendre soin d’elle ! Avec des gestes simples et efficaces, vous pouvez améliorer l’efficacité de votre lave-linge, éviter son encrassement et ainsi augmenter sa durée d’utilisation.

On est un peu plus motivé en sachant ça, non ? Ça tombe bien, SPRiNG vous dévoile aujourd’hui son petit guide pour entretenir sa machine à laver. C’est partiiii

1) Une machine encrassée, késako ?

Voici quelques signes que votre machine à laver n’est plus toute propre :
🌹 Ça ne sent plus la rose quand vous ouvrez le hublot…
🌫 Il y a des résidus ou des traces noires sur le joint
📉 Votre linge semble moins propre et sent moins bon

Vous avez tout de suite pensé à votre lave-linge en lisant les points ci-dessus ? Alors docteur, qu’est-ce qu’il faut faire ? Un bon ménage de printemps…
On vous dit quoi laver et comment ⤵️

2) Le tambour

Non, on ne parle pas de l’instrument de musique dont vous avez joué de 5 ans et demi à 5 ans trois quarts. On parle bien du grand rond qui fait tourner votre linge dans la machine.

SPRiNG vous propose deux options, à réaliser 1 fois par mois :
1️⃣  Lancer un programme à 90°C, avec ou sans linge.
La chaleur du programme va venir tuer toutes les petites bactéries qui ont osé s’inviter sans autorisation.

2️⃣ Appliquer du vinaigre blanc sur un chiffon propre. Frotter l’ensemble du tambour et en particulier les aubes (les petites bosses du tambour). Tant que vous y êtes, passez un petit coup sur le hublot !

L’acidité du vinaigre agit comme détartrant et vient tuer les bactéries présentes sur le tambour.

3) Le joint de porte

La légende raconte que c’est ici que disparaît la deuxième chaussette, suivie par une multitude de cheveux et de bouts de mouchoirs.

S’il y a de la moisissure ou des résidus tenaces sur le joint de porte, munissez-vous de votre chiffon imbibé de vinaigre blanc pour les faire disparaître.
Pour combattre la moisissure avant même qu’elle n'apparaisse, assurez-vous que rien ne soit bloqué dans le joint de porte entre chaque lavage. Puis, lavez avec un chiffon et du vinaigre blanc une fois par mois.

4) Le bac à produit

Le bac à lessive comporte un ou deux traits ? Vous ne vous en souvenez jamais ? Nous non plus. Ça tombe bien, ce n’est pas important pour le nettoyage des bacs à produits : dès qu’il y a des résidus dans l’un, profitez-en pour tous les laver !

Retirez le bac à produit de votre lave-linge et rincez-le à l’eau chaude. Frottez à l’aide d’une vieille brosse à dent et du produit ménager si nécessaire (au hasard, notre spray salle de bain :)).

Tadaaaam, votre bac à produit sera comme neuf. Pensez à bien le sécher avant de le remettre dans votre machine pour éviter tout risque de moisissure liée à l’humidité.

PS : Il faut savoir que les lessives en poudre laissent plus de résidus dans le bac à produit que les lessives liquides. Mieux encore, les lessives en capsule n’en laissent aucun ! Elles sont directement mises dans le tambour (avant le linge) et se dissolvent complètement au cours du programme.

5) Le filtre

Comme son nom l’indique, un filtre sert à … filtrer. Tout ce qui peut réduire l’efficacité de la machine à laver est retenu. Au fil du temps, ces saletés peuvent être trop importantes.

Pour éviter l’encrassement du filtre, nettoyez-le tous les trois mois.

Munissez-vous d’une bassine et d’une serpillière.
🧺  Placez la serpillière au niveau du filtre. Posez la bassine dessus si possible.
🌊  Dévissez le filtre et laissez l’eau s’écouler dans la bassine ou sur les serpillères.
🚿  Rincer à l’eau claire le filtre pour enlever toute la saleté accumulée.
🌬  Faites sécher le filtre avant de le remettre à sa place. Attention à bien le visser pour éviter une fuite !

Pour localiser le filtre de votre lave-linge, référez-vous à la notice d’utilisation.

6) Tuyau d’évacuation

Après chaque lavage, l’eau utilisée doit être évacuée. Cette eau contient des saletés qui peuvent encombrer le tuyau d’évacuation. À terme, cela provoque un encrassement de la machine à laver. Pour éviter cela, nettoyez-le une à deux fois par an.

❌  Coupez les arrivées d’eau.
⬅️  Dévissez le tuyau et lavez-le à l’aide d’une brosse souple.
➡️  Revissez le tuyau.

Profitez de cette opération pour vérifier si une partie du tuyau d’évacuation (joint, filtre) doit être remplacée.

7) Petits gestes à adopter au quotidien

Chez SPRiNG, on souhaite améliorer votre quotidien. Et si on vous disait qu’il existait de petits gestes qui peuvent grandement aider au bon entretien de votre machine à laver ?

AVANT :
→ Votre panier à linge sale est suffisamment rempli comme ça pour ne pas y ajouter tout ce qui a fini dans vos poches ! Retirez vos mouchoirs, tickets de caisse, petite monnaie, écouteurs, carte de transport, briquet, clés, bouchon de stylo, carte de visite, paquet de chewing-gum, boîtier d’alarme, emballage, vis, pièces détachées...

PENDANT :
→ Attention au surdosage ! S’il y a plus de produit que nécessaire, la machine va avoir du mal à tout évacuer. Des résidus vont s’installer et à terme encrasser les différentes parties de votre lave-linge.
Pour éviter tout surdosage, utilisez des capsules concentrées ! Déjà dosées à la goutte prêt pour vous, il n’y a plus qu’à les mettre dans le tambour et avant le linge !

APRÈS :
→ Essayez de sortir votre linge dès que le programme est fini. S’il reste enfermé et mouillé trop longtemps, il sentira le renfermé...
→ Laissez votre lave-linge s’aérer : hublot, bac à produits… Ouvrez tout !

Et maintenant… il n’y a plus qu’à ! C’est votre machine à laver qui va être contente. Pour vous remercier, elle lavera même mieux votre linge ! Si, si… on a passé un marché avec elle avant d’écrire cet article.


Comment reconnaître des cosmétiques bons pour la santé et l’environnement, et efficaces ?

Il y a beaucoup de noms compliqués sur les étiquettes de nos cosmétiques. Incompréhensible à nos yeux, on ne prend pas le temps de les décrypter, et pourtant, certains sont nocifs pour notre santé et notre planète : conservateurs, allergènes, perturbateurs endocriniens avérés… Heureusement, on vous aide à comprendre vos étiquettes simplement, suivez le guide.

Ici Houston, quel est le problème des cosmétiques ?

Le problème est qu’avec tous ces composants, il est facile de se perdre. On aimerait changer nos habitudes de consommation et trouver des formules plus respectueuses de notre peau et de l’environnement mais ... qu’est ce qui est mauvais finalement ? 

Les conservateurs qui ne préservent pas notre santé… 

Tous les conservateurs ne sont pas mauvais. Ils sont même obligatoires pour certaines catégories de produits comme les cosmétiques car plus il y a d'eau dans une formule, plus elle risque de s’altérer au fil du temps. Les conservateurs préservent donc l’efficacité du produit. Cependant, il existe une petite liste de conservateurs à éviter pour le bien de notre peau et de notre planète. 

 

→ Les Parabens et Isothiazolinones

Après que les parabens aient été interdits à cause de leur effet néfaste (stérilité, cancer du sein), les isothiazolinones ont fait leur apparition. Manque de chance, ce sont des sensibilisants cutanés. C’est-à-dire qu’une fois appliqués sur la peau, et avec le temps, ils peuvent provoquer des allergies. On les retrouve notamment dans les shampoings et les soins pour les cheveux sous différents noms : méthylisothiazolinone (MIT), chlorométhylisothiazolinone (CMIT), benzisothiazolinone (BIT), octylisothiazolinone (OIT). Bref, avec leurs petits noms qui finissent en IT, on préfère les laisser de côté.

 

→ Les phénoxyéthanols

Ces conservateurs ont un risque allergisant et de toxicité. C’est pourquoi ils sont interdits dans les produits pour bébé, limités à 0.4% pour ceux destinés aux 0 - 3 ans et limités à 1% pour les autres tranches d'âge. Ils nécessitent même des mesures de prévention lorsqu’on les manipule... On vous conseille de les supprimer totalement de votre consommation ! 

Ils sont présents principalement dans les crèmes pour le visage et les déodorants. 

 

Les perturbateurs endocriniens avérés et les cancérogènes

Rien que leur nom fait froid dans le dos… Comme leur nom l’indique, ces matières modifient le système hormonal et peuvent causer des anomalies physiologiques ou reproductives. Non merci. Le sujet est épineux et il n’existe pas encore de réglementation pour les encadrer, mais un certain nombre d’études ont permis de créer une liste de vigilance. Voilà les matières qu’on peut retrouver dans nos cosmétiques et qu’on vous recommande d’éviter :

  • Alkyphénol
  • Benzophénone 
  • Dioxine
  • Formol BHA
  • Huiles minérales de synthèse
  • Hydroxytoluène butylé (BHT)
  • LILIAL
  • Phthalates
  • Silicones (Cyclopentasiloxane)
  • Triclosan

Les allergènes

À leur contact, votre peau peut s’irriter et déclencher une allergie: eczema, rougeurs, gratouilles, on préfère éviter non ?

Les allergènes sont très présents dans les parfums mais également dans certains tensioactifs comme les sulfates (SLS, SLES et ALS) et le toluène. Mal dosées, les huiles essentielles peuvent aussi être dangereuses pour votre santé car elles sont très concentrées.

Privilégiez des produits développés spécifiquement sans allergènes, sans parfum ou adaptés aux peaux sensibles pour éviter tous risques ! 

Comment m’orienter vers les bons produits cosmétiques ?

Maintenant qu’on sait à quoi il faut faire attention, où peut-on se renseigner? 

La liste INCI, pardi ! 

Les produits cosmétiques sont encadrés par une réglementation stricte, il est obligatoire depuis 1998 d’indiquer tous les ingrédients d’une formule sur les étiquettes. C’est ce qu’on appelle la liste INCI : International Nomenclature of Cosmetic Ingredients (nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques for the French people). 

Que vous achetiez un produit cosmétique en Europe, aux États-Unis ou au Japon, vous retrouverez les mêmes méthodes d’étiquetage : des ingrédients en latin ou des noms de molécules rangés selon leur proportion dans la formule. Les pourcentages ne sont pas indiqués précisément pour protéger les marques de la concurrence mais l’ordre des matières vous permettra de connaître la proportion d’un composant par rapport aux autres. 

 

Vous pouvez désormais comparer la liste INCI de votre produit cosmétique avec notre article ! 

Et si je n’ai pas votre article sous les yeux ? 

Pas de panique. Il n’est pas nécessaire d’apprendre par cœur cet article avec des noms bizarres pour avoir des formules clean et efficaces dans sa salle de bain !

 

Vous pouvez vous aider du site internet et de l’application INCI Beauty. Grâce à une fonction recherche, vous pouvez vous renseigner sur n’importe quel composant d’un produit cosmétique. Vous pouvez également scanner votre produit pour avoir une estimation de sa liste INCI. Et si celle-ci n’est pas satisfaisante, l’application vous propose des alternatives ! 

 

Depuis 2018, vous pouvez également utiliser l’application Yuka pour vos produits cosmétiques. 

Faites vos produits vous-mêmes ! 

Pour être sûrs de ce qu’il y a dans vos produits, vous avez la possibilité de les faire vous-mêmes. Et comme il n’y a rien de pire que de sentir sa peau qui tiraille, on vous donne notre recette de crème de jour maison ! Simple, clean et efficace. 

 

Pour un pot de 100ml : 

70 g d’hydrolat (peau sèche : fleur d’oranger ; peau mixte à grasse : lavande ; peau mature : rose) 

25 g d’huile végétale (peau sèche : abricot ; peau mixte à grasse : jojoba ; peau mature : argan) 

8 g d'émulsifiant de votre choix

20 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

 

Étapes : 

  1. Mettre l’hydrolat dans un bol et l’huile végétale et l’émulsifiant dans un autre. 
  2. Placer ces deux bols dans un bain marie à feu doux jusqu’à ce que l’émulsifiant ait fondu
  3. Retirer les deux bols du feu et verser le bol contenant l’hydrolat dans le deuxième. Remuer énergiquement avec un fouet jusqu’à obtenir une crème blanche. 
  4. Placer le bol dans de l’eau froide. Continuer de remuer jusqu’à obtenir une crème épaisse. 
  5. Ajouter l’extrait de pépins de pamplemousse. 
  6. Transvaser la crème dans le pot de votre choix. 
  7. Il ne reste plus qu’à l’appliquer sur la peau !

 

Grâce à l’extrait de pamplemousse, cette crème se conserve jusqu’à trois mois. 

 

PS : ajouter 30g d’huile de coco à la recette pour en faire une crème de nuit ! 

 

À vous de jouer, maintenant ! Et si vous n’avez pas le temps ou l’envie de vous mettre au DIY, on a repéré une marque de cosmétique parfaite pour la protection de votre corps et de l’environnement… 

Des marques de cosmétiques clean et efficaces.

Chez SPRiNG, on vous propose des lessives et produits d’entretien débarrassés de matières controversées, d’allergènes et de perturbateurs endocriniens avérés. Et pour les cosmétiques, alors ?

On a découvert la marque MÊME. La première marque entièrement dédiée aux femmes concernées par le cancer. Ses produits aux formules naturelles sont testés cliniquement et/ou sous contrôle dermatologique et parfaitement adaptés aux peaux sensibles des personnes touchées par le cancer... mais pas que ! Pensée pour les besoins des peaux les plus intolérantes mais adaptée à toutes et à tous, quel que soit votre état de santé, MÊME vous propose donc des produits sans composants nocifs pour votre peau ! De plus, 1% de son chiffre d’affaires est reversé à Unicancer pour soutenir la recherche contre le cancer. Faites du bien à votre corps, à votre planète et aux personnes qui vous entourent. Avec MÊME, c’est tout votre corps qui vous dira merci : 

 

Avec MÊME, c’est tout votre corps qui vous dira merci : 

💅🏻 Vos ongles seront fortifiés et recouverts d’une jolie couleur 

🤚🏾 Vos mains et pieds seront tout doux grâce aux soins hydratants

🕺🏾 Votre peau lavée et nourrie grâce une huile divine 

💁🏼‍♀️ Votre visage aura un teint et des sourcils à jalouser

👩🏿‍🦲 Votre cuir chevelu sera apaisé pendant et après vos traitements

 

Vous possédez désormais le super pouvoir de décrypter une étiquette de cosmétiques ou de produits d’entretien ! Faites-en bon usage pour votre santé et votre planète !


savons-shampoing-solide-superbon-gamme

5 bonnes raisons de passer aux cosmétiques solides

Vous êtes probablement déjà au courant, mais chez SPRiNG, nous avons un objectif secret… pas secret du tout : vous proposer une alternative aux marques d’entretien traditionnelles avec une gamme de produits efficaces mais aussi plus respectueux de la santé et de l'environnement.

C’est pour cela que nous avons lancé il y a un an maintenant nos mini-capsules de lessives éco-conçues, puis nos tablettes de vaisselles, livrées directement chez vous ! Le tout dans de jolies boîtes 100% sans plastique et recyclables. Bref, nous avons fait la révolution dans le rayon entretien.

Et plutôt que de s’arrêter en si bon chemin, on s’est dit qu’on allait vous aider à la faire aussi dans votre salle de bain. Parce que c’est vrai que parmi les milliers de cosmétiques, de produits « miracle », souvent remplis de choses au nom bizarre, suremballés… il y a du ménage à faire !

Nous avons trouvé une solution toute simple, bonne pour vous et pour la planète : passer aux cosmétiques solides. Ce sont des produits tout doux, respectueux de la santé et de l’environnement à utiliser sans modération (mais toujours avec le bon dosage) pour prendre soin de vous.

Pas encore convaincu(e) ? Voici 5 bonnes raisons de passer aux cosmétiques solides. Attachez votre ceinture… c’est parti !

1. La planète le recommande à 100000%, minimum. 🌍

Passer aux soins solides c’est passer au 100% sans plastique, que ce soit dans l’emballage ou dans les produits. En France, 74% des emballages plastique ne sont pas recyclés, même si vous les mettez dans votre poubelle jaune.⁠ Alors autant le supprimer complètement, non ? Des alternatives innovantes et éco-responsables sont utilisées par des marques de cosmétiques solides vraiment engagées. Adoptez le Zéro Déchet pour la salle de bain, la planète vous dira merci ! De rien, chère petite boule bleue.

2. Testé et approuvé (par votre corps)

On vous chouchoute déjà avec nos lessives et produits d’entretien sans matières controversées et sans perturbateurs endocriniens avérés. Avec les cosmétiques solides, vous pouvez aussi vous chouchouter sous la douche. Vraiment.

Formulés sans eau, ils ont une composition bien plus courte que les cosmétiques conventionnels. Car c’est l’eau (qui s’altère au fil du temps) qui nécessite l’ajout de conservateurs chimiques.

En faisant le choix des cosmétiques solides, vous choisissez des produits aux formulations saines, dénuées d’ingrédients controversés mais tout autant efficaces !
Hop, comme ça, plus de jaloux.

3. C’est réellement efficace (... et sur le long terme) !

Les cosmétiques solides sont formulés avec moins de composants nocifs pour la santé et l’environnement. Pas de crainte, ils restent tout aussi efficaces et agréables à utiliser !
Sans silicone, ni parabène, les shampoings solides lavent réellement le cuir chevelu et garantissent réellement des cheveux brillants et souples; les savons rendent réellement la peau douce et aucun risque de faire des allergies ! Sans sulfate, les soins solides continuent de réellement mousser et ce, sans assécher la peau. Souvent composés d’huiles essentielles, les cosmétiques solides laisseront dans votre salle de bain et sur votre peau un parfum agréable.

Bye bye les complications dermatologiques et hellooo la peau réellement propre et douce. Parce que vous le valez réellement bien.

4. Le plastique tu banniras et la praticité tu embrasseras.

Chez SPRiNG, on est comme vous, on aime bien les produits quand ils sont pratiques. Et par pratique on veut notamment parler de produits qui permettent d’éviter, avant chaque voyage, de passer des heures à sécuriser TOUS ses cosmétiques.

Scotch, sacs, transvasement de produit dans des fioles de 100ml (en plastique évidemment) tout en utilisant des techniques dignes de vieux sages tibétains… Non, décidément la vie est trop courte pour faire ça.

C’est là que les cosmétiques solides arrivent pour nous sauver ! Grâce à leurs formats compacts, ils se glissent dans toutes les trousses de toilette sans risque d’écoulements ou de fuites ! Finies les restrictions des aéroports et la galère des contrôles grâce aux cosmétiques solides. Avec ce temps économisé, on peut se permettre une autre activité beaucoup plus intéressante. Comme faire un fondant au chocolat. Et le manger.

5. C’est économique

Petits mais puissants, les cosmétiques solides ont une durée de vie supérieure aux cosmétiques traditionnels.
Par exemple, un shampoing solide équivaut à trois bouteilles de shampoing liquide. Trois bouteilles oui. Autant vous dire qu’avec les cosmétiques solides, vous économiserez, en plus d’un peu d’argent, tout le temps passé dans les magasins, à choisir le produit miracle (qui oublie *comme par hasard* de mentionner ses composants controversés.)
Ce n’est pas tout. Les produits solides sont aussi 2-en-1. Un shampoing qui fait après-shampoing, c’est deux fois moins de produits à rincer donc deux fois plus d’eau économisée (et aucun risque de confondre les bouteilles une fois sans lunettes sous la douche) ! Habile…

Voilà ! Comme on vous le disait plus haut, il y a pas mal de ménage à faire dans les produits de la salle de bain. On est prêts à vous guider le plus possible dans cette direction. C’est pourquoi, à ce sujet, on a pensé à vous parler d’une marque de cosmétiques solides qu’on aime beaucoup. Elle est pop et engagée et montre l’exemple à suivre en matière d’éco-responsabilité. Son nom, c’est Superbon.

Superbon, c’est l’histoire de deux supers papa qui ont voulu révolutionner la salle de bain avec des produits efficaces, éco-responsables et esthétiques. Comme ils disent, c’est « Superbon pour vous, Superbon pour la planète. » Super non ?

 

🌍  Une marque 100% sans plastique qui utilise des emballages recyclables, compostables avec des encres végétales.
💛  Sans silicone, ni sulfate, ni parabène, ni perturbateur endocrinien
📉  1 shampoing solide équivaut à 3 shampoings liquides.
👩🏿‍🤝‍👨🏼 Convient à tous type de cheveux et à toute la famille

Vous pouvez retrouver Superbon sur les réseaux sociaux ou leur site internet par ici :

Instagram : @superbon.cosmetiques.solides

Facebook : Superbon

Site : https://superbon.co


SPRiNG x Surfrider Foundation Europe

Toujours vers plus d'engagements éco-responsables

On est ravi d'annoncer notre partenariat à long terme avec Surfrider Foundation Europe, cette association qui travaille depuis plus de 30 ans à protéger notre planète, les océans, lacs et rivières ainsi que les littoraux grâce à un réseau de plus de 1800 bénévoles.

Ses principales missions : œuvrer à la qualité de l’eau et à la santé des usagers mais aussi lutter contre le changement climatique et la pollution plastique. 🌊

Alors que la surconsommation se développe un peu partout, soutenons une association qui se bat pour la même chose que nous : la lutte contre la pollution plastique.

Chez SPRiNG on est fiers de ce partenariat avec Surfrider Foundation Europe et on a hâte de partager avec vous nos futures actions 🤙