Zéro déchet : pour une fois que le zéro a du bon !

Pourquoi adopter le zéro déchet ?

Dans la vie, il y a plein de chiffres différents. Certains dont on parle fièrement, comme notre nombre de footings ce mois-ci (1, presque 2 !!). D’autres qu’on voudrait oublier, comme le nombre de lessives à faire ce weekend (76). Et puis d’autres encore qui nous donnent envie d’agir. Comme celui de L’ADEME.

L’ADEME, l’Agence de Transition Écologique, a calculé qu’en moyenne, un français produisait 354 kg d’ordures ménagères par an. Rapporté à près de 70 millions, ça fait peur. Dans les océans, 635 000 kilos de déchets sont balancés chaque SECONDE. Chaque seconde ! En une seconde, on a à peine le temps de dire le mot : seconde.

On va s’arrêter là pour les chiffres. Pour en avoir moins peur, tendre vers le zéro déchet est primordial.  

Le mode de vie zéro déchet est un mode de consommation qui permet de réduire de façon drastique son impact sur l’environnement et de faire des économies. Comme son nom l’indique, le mode de vie zéro a pour but … de diminuer ses déchets au maximum. Pour certains, ce n’est pas compliqué, pour d’autres, la tâche est un peu plus tenace (blaque de #TontonJeanLuc). On va voir comment réduire ses déchets en adoptant des gestes simples.  

Comment passer au zéro déchet ?

Commençons par le plus important. Contrairement à ce que l’on peut penser, réduire son impact sur l’environnement ne signifie pas forcément un virage à 180° dans votre mode de vie ! Pas de panique, vous pourrez toujours prendre une douche chaude, et utiliser votre four pour faire un fondant choco. Au contraire, un mode de vie zéro déchet englobe un tas de petits gestes pas forcément compliqués. Il peut se mettre en place à la maison, au travail ou au supermarché, pour voir différemment sa manière de consommer et d’acheter. 

Allez ça commence, la chasse aux déchets (plastiques notamment) est lancée !

 

Objectif zéro déchet à la maison 

C’est généralement chez nous que nous passons la plus grande partie de notre temps. Commençons donc par voir comment le zéro déchet peut se mettre en place à la maison. C’est parti : 

  • Pour ses courses, bye bye les sacs en plastique. On utilise des sacs réutilisables, des tote-bags, un caddie ou même un sac à dos.
  • On remplace les bouteilles d’eau en plastique par des carafes ou gourdes remplies de l’eau du robinet. Les océans vous disent déjà merci.
  • Pour éviter les emballages plastiques, on privilégie les aliments en vrac. Riz, pâtes ou céréales. C’est moins cher, on prend la quantité qu’on veut, et puis faut bien avouer qu’ils sont jolis ces petits bocaux en verre dans la cuisine non?. Tiens d’ailleurs, pendant que nous y sommes, voici un petit TiPS 100% SPRiNG : vous pouvez réutiliser les pochons SPRiNG que vous recevez dans vos commandes de sprays (notre petit doigt nous dit que ce pochon se retrouvera aussi prochainement dans un nouveau produit). 
  • Cuisiner le plus souvent possible permet d’éviter l’achat quotidien de plats préparés dans des emballages plastiques. Alors hop hop hop, on s’inspire de TOP CHEF et on passe plus de temps aux fourneaux. Vous nous ferez goûter vos bons petits plats pas vrai ?
  • On reste en cuisine avec les éponges. Elles nous sont si familières, ce vert et jaune on le connaît tous. Seulement, ces produits s’usent rapidement et finissent vite à la poubelle. On peut trouver des alternatives originales et à faire soi-même. Par exemple, opter pour des vieux vêtements. Pour le côté vert, on peut utiliser des coquilles d'œufs broyés. C’est ce qu’on appelle une éponge tissée “Tawashi”. Tac, et ça fait un nouveau mot pour impressionner la belle-famille.
  • En finir avec le film plastique pour les aliments. Le film alimentaire lavable est évidemment plus écologique. Pour les plus téméraires, vous pouvez également coudre une charlotte pour protéger vos plats. On sait que vous pouvez le  faire.
  • Dans la salle de bains, il y a de la matière pour réduire ses déchets. Premièrement, pour les barbus, rasoirs électriques au lieu des rasoirs jetables. Optons aussi pour du savon solide au lieu des gels douches et limitons le nombre de bouteilles de shampoing. Pour l’hygiène buccale, une belle brosse à dents en bois ou recyclable. Pareil pour les cotons tiges et les peignes. Avec ça, vous serez propre comme un sou neuf, et la planète aussi !
  • Attention, on rentre dans la catégorie petit chimiste ! Et si on faisait notre propre dentifrice ? C’est économique, facile à faire et en plus promis vos dents restent blanches. Allez on est cool, on vous donne les ingrédients et une petite recette :
    • Dans un bol, mélangez ½ cuillère à café de carbonate de calcium (pour son pouvoir abrasif doux et renforçant),
    • 2 cuillères d’argile blanche (pour son pouvoir assainissant et nettoyant)
    • et une pincée de sel (pour renforcer les dents et protéger contre le tartre et la mauvaise haleine).
    • Ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle bio de citron ou de menthe, pour parfumer votre dentifrice si vous le souhaitez.
    • Et hop vous versez le tout dans un petit pot en verre et votre dentifrice est prêt ! Magique non ?
  •  On bannit les tupperwares, le mot est moche et on ne sait jamais le dire. En plus, réchauffer sa nourriture dans un contenant plastique c’est mauvais pour la santé. À la place, on privilégie des récipients en verre ou en acier.
  • On sait que pour beaucoup d’entre vous, le café est un rituel. Mais qui peut parfois s’avérer néfaste pour notre chère planète bleue. Éviter donc les dosettes pour la préserver: elles sont vendues en grande majorité dans des emballages plastiques qui ne sont pas recyclables. Le mieux est d’acheter son café en vrac ou d’utiliser des capsules réutilisables. Et en plus, c’est meilleur.
  • Se mettre au compost pour diminuer sa poubelle. Pêle-mêle des choses que l’on peut mettre dans son compost et qu’on ignorait peut-être : déchets de fruits et légumes, plantes de maison, tontes de gazon, cartons, coquilles d’œufs (petits morceaux).
  • Enfin, parce qu’une maison propre, c’est une planète propre… nous ne pouvons que vous conseiller de laver votre intérieur avec des sprays nettoyants rechargeables sans plastique et d’origine naturelle. C’est un super réflexe, et on dit ça en toute objectivité ;)   

 

Les boutiques zéro déchet 

Les boutiques zéro déchet, ça nous parle chez SPRING, ça c’est sûr ! On a parlé astuces pour réduire la quantité de déchets à la maison, maintenant place à la consommation.

Les boutiques zéro déchet sont de plus en plus présentes en France… mais d’ailleurs c’est quoi en fait ? Une boutique zéro déchet est celle qui, quel que soit son domaine, propose des produits durables et biodégradables.L’avantage de la boutique zéro déchet, c’est qu’elle est dans une démarche 100 % écologique. C’est marrant, chez SPRING c’est exactement ce qu’on fait !

Quand on parle des boutiques zéro déchet, on pense évidemment aux magasins en vrac. Ces magasins proposent uniquement des produits non préemballés. Il s’agit encore d’un marché de niche qui représente moins de 1 % du marché de l’alimentation.  Les grandes enseignes s'y sont mises et 70 % d’entre elles proposent des produits en vrac dans leurs rayons. 

Mais en fait, on y trouve quoi dans ces magasins en vrac ? 

  • Des produits secs (graines, fruits secs…)
  • Des fruits et légumes
  • Du riz, des céréales, des pâtes, de la farine…
  • Les huiles et vinaigres : tournesol, olives, colza, noix..
  • Des produits à la découpe : viande, poisson, fromage, charcuterie…
  • Des bonbons
  • Du vin et du cidre
  • L’épicerie salée et l’épicerie sucrée 
  • Les sauces tels que le ketchup, la mayonnaise, la moutarde, la sauce soja...
  • Des produits d’entretien
  • Les shampoings et les après-shampoings liquides
  • Des cure-oreilles, cotons-tige, brosse à cheveux et à dents… Le tout, en bambou.
  • Et des produits de jardinage : terreau, bulbes...

Du coup, pour résumer c’est qu’il y en a pour tous les goûts dans les magasins en vrac, des moins aux plus gourmands. La seule chose à respecter, évidemment, c’est de ne proposer aucun matériau en plastique et aucun produit transformé. 

 

Un mot sur l’upcycling 

L’upcycling, que l’on peut également appeler surcyclage si comme nous vous étiez pas super fort en anglais à l’école, entre clairement dans cette démarche du zéro déchet et d’économie circulaire. 

Le surcyclage correspond à l’action de récupérer les matériaux dont on ne se sert plus afin qu'ils soient transformés en de nouveaux produits de qualité supérieure. Les possibilités sont multiples. Cette méthode est en plein développement en France, de nombreuses marques, de mode notamment, se mettent à l’upcycling. Il faut savoir que seuls 32 % des vêtements en vente sur le marché en France sont récupérés et collectés lorsqu’ils sont usagés. Le reste, en majorité, est balancé dans la nature. 

Des idées pour faire de l’upcycling à la maison (vous n’avez pas les images, mais vous avez de l’imagination) : 

  • Transformer ses vieux jeans en coussins ou sacs à main. Le jean est l’une des matières les plus simples à recycler. 
  • La chemise trop grande de son conjoint masculin peut devenir un très joli top pour les femmes. L’inverse est aussi possible, mais moins confortable.
  • Transformer une chemise en très jolie robe pour son enfant. 
  • Une robe trouée peut devenir un chouchou pour les cheveux.

 

Recycler et trier pour 0 déchet : un engagement pour la planète 

Comme vous le savez, l’impact écologique des déchets sur la planète est assez inquiétant. Mais chez SPRING, on n’aime pas être alarmant et pessimiste. Alors des exemples qui montrent comment le zéro déchet peut faire du bien. Dans nos astuces pour tendre vers le zéro déchet, on peut dire sans mauvaise foi qu’il n’y a rien de surhumain. Ce sont des astuces qui tournent pas mal autour du bannissement du plastique, non ? 

Et justement, en respectant simplement ces petites astuces, l’engagement pour la planète est immense. Un engagement qui peut être bénéfique pour les animaux. Il faut savoir que le plastique tue 1,5 millions d’animaux par an, et 99% des animaux marins auront ingéré du plastique d’ici 2050.

Selon National Geographic, 73% des déchets qu’on trouve sur les plages sont du plastique. En même temps, 89 milliards de bouteilles plastiques sont vendues par an et 5 000 milliards de sacs plastiques sont consommés.

En réduisant sa production de déchets ménagers et en modifiant quelque peu son mode de consommation par des gestes simples, on peut avoir un impact concret. On peut tous mettre un peu de “zéro déchet” dans notre quotidien. Mettre la main à la pâte et être consciencieux c’est l’essentiel, et ça, on sait que vous l’êtes.


Des protections hygiéniques clean, Mère Nature approuve.

Imaginez un peu le décor : vous venez de passer une nuit paisible et revigorante et vous êtes toute motivée pour attaquer la journée ! Un dernier étirement et c’est par… Ding dong… c’est Mère Nature ! Noooon… vous vous remettez en boule dans la couette et ne pensez qu’à votre bouillotte. Il est l’heure de ressortir vos protections périodiques. Celles que l’on achète sur les conseils de maman ou des copines mais sur lesquelles on ne se penche jamais vraiment. Vous savez de quoi est fait votre tampon ? Combien de temps se garde une culotte menstruelle ? Quel est l’impact environnemental de votre serviette hygiénique ? La team SPRiNG s’est renseignée et on vous dévoile tout ici !

Un coup de balai plus que nécessaire 

Après les cosmétiques, on passe au peigne fin les produits d’hygiène féminine. Comme tous les produits que nous utilisons au quotidien, il y a en a qui sont plus ou moins bons pour notre santé et la planète. Heureusement, une fois que l’on sait où et quoi regarder, il est plus facile de se tourner vers les produits vraiment clean et efficaces. 

Pourquoi y faire attention ? Parce que les conséquences que peuvent provoquer les protections périodiques ne font vraiment pas envie… Sans vouloir vous affoler mais un peu quand même, vous pouvez avoir une « simple » mais dérangeante irritation. Pour minimiser ces risques, il y a quelques infos à garder en tête. 

Et attention, même si vos protections hygiéniques sont les plus clean possible, il faut respecter leurs conditions d’utilisation, encore plus pour le tampon et la coupe menstruelle. C’est pénible de devoir penser toutes les 4 à 6 heures à changer sa protection mais c’est un effort qui en vaut la peine. Vous risqueriez de contracter le syndrome du choc toxique (SCT) qui s’attaque à vos organes vitaux si ce n’est pas traité à temps… Allez, on remballe sa flemme et on fait attention à l’heure. 

Vous êtes de plus en plus intéressée par un guide des protections hygiéniques saines et sur comment bien les utiliser ? On vous comprend, on était pareilles. Et à chaque protection périodique, ses recommandations. 

Les serviettes hygiéniques et les tampons

Ces produits ont été développés pour absorber notre flux et ne pas le laisser s’échapper ! « Mais tu es sûre que je n’ai pas une tache ? Bah marche un peu devant moi et je te dis ça. » On passe du temps à savoir si on veut une serviette hygiénique avec ou sans ailettes, si on a besoin du tampon + ou +++ ou +++++++ mais jamais à connaître l’impact sur notre santé et notre planète.  

Je vais vous prendre la composition s’il vous plaît. 

Bonne chance pour l’obtenir. Il n’y a aucune réglementation qui oblige les fabricants à inscrire la composition de leur produit sur leur packaging. Vous pouvez chercher autant que vous voudrez… vous n’y trouverez rien… et c’est bien dommage car ça vaut le détour. 

Pour la partie absorbante, la plupart des marques classiques utilise de la cellulose. C’est une matière organique naturellement marron. Vous vous imaginez vous, utiliser une serviette hygiénique ou un tampon tout marron ? Ça ne fait pas très propre ni sain. Les marques classiques se sont dit pareil. Elles ont trouvé la “solution” en blanchissant la cellulose avec du chlore. Mouais... Les produits sont ainsi blancs et propres et… et puis c’est tout en fait. Bah oui, ce n’est pas très sain d’appliquer du chlore sur ou dans son corps… Il peut irriter votre peau et vos voies respiratoires. 

En plus de la cellulose, des billes super absorbantes sont utilisées pour vous proposer des produits toujours plus absorbants. Un bon cocktail de produits chimiques qui se retrouve encore une fois en contact direct avec une partie si fragile de notre corps. Et s’il peut respirer quand vous retirez votre serviette hygiénique, c’est une autre affaire avec un tampon : des fils peuvent rester et continuer à diffuser ces composants dans votre corps… 

Allez, on sent que vous n’en avez pas encore assez. Et si on vous disait qu’on retrouvait du plastique, des perturbateurs endocriniens et du glyphosate dans certaines protections hygiéniques ? Et qu’une serviette hygiénique classique met 500 ans à se dégrader ? « Ah ouais quand même ? » Ouais. Quand même. 

On choisit quel type de serviette hygiénique ou tampon alors ? 

Des produits 100% coton. S’il est BIO c’est encore mieux. Et s’il est labellisé GOTS c’est parfait. 

« GOTS ? Ils ont fait une nouvelle saison ?! » Mais non, GOTS, Global Organic Textile Standard, c’est le label qui s’assure que votre t-shirt ou protection intime en coton a été fabriqué avec des conditions environnementales et sociales strictes ! Tout est expliqué juste ici : https://youtu.be/Hh1hVBhRDuQ

Si vous avez la peau sensible, privilégiez des protections périodiques sans parfum. Ce sont des composants non essentiels qui peuvent déclencher des allergies. 

Choisissez également un produit adapté à votre flux ! C’est quelque chose d’encore plus applicable pour les tampons : s’il est bien adapté, vous allez le changer au bon moment et ainsi minimiser tout risque de contracter le SCT. 

 

La culotte menstruelle

La culotte menstruelle séduit de plus en plus. Conséquence : de nombreuses marques en proposent et on est rapidement perdues face à ce vaste choix. Voici nos deux trois conseils. 

Bye bye les produits chimiques

Parce que le principe est le même qu’une serviette hygiénique, on retrouve la problématique des composants chimiques. On concentre donc nos recherches sur une culotte menstruelle dont la partie absorbante est faite en coton. Exclusivement. 

Hello le textile durable

Si l’on fait attention à la partie absorbante, autant faire aussi attention au tissu qui compose la culotte. Pour un confort absolu, optez pour une culotte en coton. Et c’est la même chanson : s’il est BIO c’est mieux, s’il est certifié GOTS c’est parfait. 

 

Use. Wash. Repeat 

Pour qu’elle dure plus longtemps, votre culotte menstruelle doit être bien lavée. 

Alors on suit les petits pictogrammes et si on sait pas les déchiffrer ça donne ça : 

  • Laver en dessous des 40°C (et avant la première utilisation)
  • Ne pas utiliser d’assouplissant
  • Ne pas utiliser d’eau de Javel
  • Ne pas mettre au sèche-linge
  • Ne pas repasser 
  • Ne pas laver à sec

Le plus de la culotte menstruelle, c’est qu’on peut la garder jusqu’à 12h ! Parfait pour un Paris - Los Angeles ✈️

 

La coupe menstruelle

La coupe menstruelle ou cup est une alternative aux précédentes protections périodiques et elle a ses propres problématiques. 

Encore une histoire de composition, non ? 

Et oui… comme avec les tampons, il faut redoubler de prudence car c’est un produit qui s’insère à l’intérieur du corps. Il faut donc s’assurer de la bonne composition d’une coupe menstruelle avant de l’acheter et de l’utiliser. D’autant plus que c’est un produit réutilisable donc si vous utilisez une coupe menstruelle fabriquée avec un matériau douteux, elle risque de moins bien vieillir et de ne pas être réutilisable autant d’années que la durée annoncée à l’achat. 

C’est le silicone médical platine qui a été élu matériau le plus adapté pour la coupe menstruelle par 60 millions de consommateurs ! 

Des précautions d’utilisations ? 

Oui ! Vous avez maintenant bien conscience du SCT et savez comment l’éviter : ne pas utiliser sa protection hygiénique plus de six heures.

Adopter la coupe menstruelle, c’est aussi adopter ces gestes simples et efficaces : 

☀️ La journée, bien la rincer après l’avoir vidée 

🌘 Le soir, la stériliser pour le lendemain

🌙 La nuit, utiliser des serviettes hygiéniques ou une culotte menstruelle

Et hop, c’est reparti. 

 

Ça y est, vous savez reconnaître des protections hygiéniques clean et efficaces ! Mais ce que vous ne savez pas encore, c’est qu’une marque a bien pris conscience de toutes ces problématiques. Elle a ainsi développé des produits dans lesquels vous pouvez vraiment avoir confiance. Mère Nature est ravie et nous, on est rassurées. 

 

FAVA, la marque for amazing vaginas

En 2017, Evelyn et Jeanne se rencontrent et se disent que ce n’est vraiment plus possible de ne pas trouver des protections périodiques qui respectent notre corps et notre planète. 

En 2019, elles lancent leur marque : FAVA, For Amazing VAginas. 

 

Et depuis, chaque femme peut trouver l’allié de ses règles : 

Des serviettes hygiéniques et tampons 100% coton BIO certifié GOTS, sans parfum pour convenir aux peaux les plus sensibles

Une culotte menstruelle 97% coton BIO certifié GOTS, la première du marché

Une coupe menstruelle en silicone médical niveau platine, avec 8 orifices de dépression pour la retirer plus facilement

Des infusions 100% naturelles pour lutter contre le syndrome pré-mensuel 

 

Pourquoi on aime autant FAVA ? 

Parce qu’ils nous aident à réduire votre charge mentale. Après la lessive et les tablettes lave-vaisselle, plus besoin d’ajouter vos protections hygiéniques à la liste de course. FAVA vous les livre dans votre boîte aux lettres tous les 3 mois. Vous voulez l’essayer une première fois avant de vous lancer ? Pas de soucis, une offre découverte est disponible !

 

Vous utilisez différents produits d’hygiène féminine ? Composez votre FAVA BOX en quelques clics. 

 

Avec tout ça, vous devriez aborder votre prochain cycle plus sereinement. Nous, on file lancer une machine pour tester la culotte menstruelle !


le-guide-ultime-pour-bien-entretenir-son-lave-linge

Le guide ultime pour bien entretenir sa machine à laver

Se motiver pour faire sa lessive, c’est compliqué… Alors se motiver pour nettoyer sa machine à laver, je vous laisse imaginer.

N’attendez pas que votre machine sente aussi bon que vos chaussettes de sport pour prendre soin d’elle ! Avec des gestes simples et efficaces, vous pouvez améliorer l’efficacité de votre lave-linge, éviter son encrassement et ainsi augmenter sa durée d’utilisation.

On est un peu plus motivé en sachant ça, non ? Ça tombe bien, SPRiNG vous dévoile aujourd’hui son petit guide pour entretenir sa machine à laver. C’est partiiii

1) Une machine encrassée, késako ?

Voici quelques signes que votre machine à laver n’est plus toute propre :
🌹 Ça ne sent plus la rose quand vous ouvrez le hublot…
🌫 Il y a des résidus ou des traces noires sur le joint
📉 Votre linge semble moins propre et sent moins bon

Vous avez tout de suite pensé à votre lave-linge en lisant les points ci-dessus ? Alors docteur, qu’est-ce qu’il faut faire ? Un bon ménage de printemps…
On vous dit quoi laver et comment ⤵️

2) Le tambour

Non, on ne parle pas de l’instrument de musique dont vous avez joué de 5 ans et demi à 5 ans trois quarts. On parle bien du grand rond qui fait tourner votre linge dans la machine.

SPRiNG vous propose deux options, à réaliser 1 fois par mois :
1️⃣  Lancer un programme à 90°C, avec ou sans linge.
La chaleur du programme va venir tuer toutes les petites bactéries qui ont osé s’inviter sans autorisation.

2️⃣ Appliquer du vinaigre blanc sur un chiffon propre. Frotter l’ensemble du tambour et en particulier les aubes (les petites bosses du tambour). Tant que vous y êtes, passez un petit coup sur le hublot !

L’acidité du vinaigre agit comme détartrant et vient tuer les bactéries présentes sur le tambour.

3) Le joint de porte

La légende raconte que c’est ici que disparaît la deuxième chaussette, suivie par une multitude de cheveux et de bouts de mouchoirs.

S’il y a de la moisissure ou des résidus tenaces sur le joint de porte, munissez-vous de votre chiffon imbibé de vinaigre blanc pour les faire disparaître.
Pour combattre la moisissure avant même qu’elle n'apparaisse, assurez-vous que rien ne soit bloqué dans le joint de porte entre chaque lavage. Puis, lavez avec un chiffon et du vinaigre blanc une fois par mois.

4) Le bac à produit

Le bac à lessive comporte un ou deux traits ? Vous ne vous en souvenez jamais ? Nous non plus. Ça tombe bien, ce n’est pas important pour le nettoyage des bacs à produits : dès qu’il y a des résidus dans l’un, profitez-en pour tous les laver !

Retirez le bac à produit de votre lave-linge et rincez-le à l’eau chaude. Frottez à l’aide d’une vieille brosse à dent et du produit ménager si nécessaire (au hasard, notre spray salle de bain :)).

Tadaaaam, votre bac à produit sera comme neuf. Pensez à bien le sécher avant de le remettre dans votre machine pour éviter tout risque de moisissure liée à l’humidité.

PS : Il faut savoir que les lessives en poudre laissent plus de résidus dans le bac à produit que les lessives liquides. Mieux encore, les lessives en capsule n’en laissent aucun ! Elles sont directement mises dans le tambour (avant le linge) et se dissolvent complètement au cours du programme.

5) Le filtre

Comme son nom l’indique, un filtre sert à … filtrer. Tout ce qui peut réduire l’efficacité de la machine à laver est retenu. Au fil du temps, ces saletés peuvent être trop importantes.

Pour éviter l’encrassement du filtre, nettoyez-le tous les trois mois.

Munissez-vous d’une bassine et d’une serpillière.
🧺  Placez la serpillière au niveau du filtre. Posez la bassine dessus si possible.
🌊  Dévissez le filtre et laissez l’eau s’écouler dans la bassine ou sur les serpillères.
🚿  Rincer à l’eau claire le filtre pour enlever toute la saleté accumulée.
🌬  Faites sécher le filtre avant de le remettre à sa place. Attention à bien le visser pour éviter une fuite !

Pour localiser le filtre de votre lave-linge, référez-vous à la notice d’utilisation.

6) Tuyau d’évacuation

Après chaque lavage, l’eau utilisée doit être évacuée. Cette eau contient des saletés qui peuvent encombrer le tuyau d’évacuation. À terme, cela provoque un encrassement de la machine à laver. Pour éviter cela, nettoyez-le une à deux fois par an.

❌  Coupez les arrivées d’eau.
⬅️  Dévissez le tuyau et lavez-le à l’aide d’une brosse souple.
➡️  Revissez le tuyau.

Profitez de cette opération pour vérifier si une partie du tuyau d’évacuation (joint, filtre) doit être remplacée.

7) Petits gestes à adopter au quotidien

Chez SPRiNG, on souhaite améliorer votre quotidien. Et si on vous disait qu’il existait de petits gestes qui peuvent grandement aider au bon entretien de votre machine à laver ?

AVANT :
→ Votre panier à linge sale est suffisamment rempli comme ça pour ne pas y ajouter tout ce qui a fini dans vos poches ! Retirez vos mouchoirs, tickets de caisse, petite monnaie, écouteurs, carte de transport, briquet, clés, bouchon de stylo, carte de visite, paquet de chewing-gum, boîtier d’alarme, emballage, vis, pièces détachées...

PENDANT :
→ Attention au surdosage ! S’il y a plus de produit que nécessaire, la machine va avoir du mal à tout évacuer. Des résidus vont s’installer et à terme encrasser les différentes parties de votre lave-linge.
Pour éviter tout surdosage, utilisez des capsules concentrées ! Déjà dosées à la goutte prêt pour vous, il n’y a plus qu’à les mettre dans le tambour et avant le linge !

APRÈS :
→ Essayez de sortir votre linge dès que le programme est fini. S’il reste enfermé et mouillé trop longtemps, il sentira le renfermé...
→ Laissez votre lave-linge s’aérer : hublot, bac à produits… Ouvrez tout !

Et maintenant… il n’y a plus qu’à ! C’est votre machine à laver qui va être contente. Pour vous remercier, elle lavera même mieux votre linge ! Si, si… on a passé un marché avec elle avant d’écrire cet article.


Comment reconnaître des cosmétiques bons pour la santé, bons pour l’environnement et toujours efficaces ?

Il y a beaucoup de noms compliqués sur les étiquettes de nos cosmétiques. Incompréhensible à nos yeux, on ne prend pas le temps de les décrypter, et pourtant, certains sont nocifs pour notre santé et notre planète : conservateurs, allergènes, perturbateurs endocriniens avérés… Heureusement, on vous aide à comprendre vos étiquettes simplement, suivez le guide.

1. Ici Houston, quel est le problème ?

Le problème est qu’avec tous ces composants, il est facile de se perdre. On aimerait changer nos habitudes de consommation et trouver des formules plus respectueuses de notre peau et de l’environnement mais ... qu’est ce qui est mauvais finalement ? 

Les conservateurs qui ne préservent pas notre santé… 

Tous les conservateurs ne sont pas mauvais. Ils sont même obligatoires pour certaines catégories de produits comme les cosmétiques car plus il y a d'eau dans une formule, plus elle risque de s’altérer au fil du temps. Les conservateurs préservent donc l’efficacité du produit. Cependant, il existe une petite liste de conservateurs à éviter pour le bien de notre peau et de notre planète. 

 

→ Les Parabens et Isothiazolinones

Après que les parabens aient été interdits à cause de leur effet néfaste (stérilité, cancer du sein), les isothiazolinones ont fait leur apparition. Manque de chance, ce sont des sensibilisants cutanés. C’est-à-dire qu’une fois appliqués sur la peau, et avec le temps, ils peuvent provoquer des allergies. On les retrouve notamment dans les shampoings et les soins pour les cheveux sous différents noms : méthylisothiazolinone (MIT), chlorométhylisothiazolinone (CMIT), benzisothiazolinone (BIT), octylisothiazolinone (OIT). Bref, avec leurs petits noms qui finissent en IT, on préfère les laisser de côté.

 

→ Les phénoxyéthanols

Ces conservateurs ont un risque allergisant et de toxicité. C’est pourquoi ils sont interdits dans les produits pour bébé, limités à 0.4% pour ceux destinés aux 0 - 3 ans et limités à 1% pour les autres tranches d'âge. Ils nécessitent même des mesures de prévention lorsqu’on les manipule... On vous conseille de les supprimer totalement de votre consommation ! 

Ils sont présents principalement dans les crèmes pour le visage et les déodorants. 

 

Les perturbateurs endocriniens avérés et les cancérogènes

Rien que leur nom fait froid dans le dos… Comme leur nom l’indique, ces matières modifient le système hormonal et peuvent causer des anomalies physiologiques ou reproductives. Non merci. Le sujet est épineux et il n’existe pas encore de réglementation pour les encadrer, mais un certain nombre d’études ont permis de créer une liste de vigilance. Voilà les matières qu’on peut retrouver dans nos cosmétiques et qu’on vous recommande d’éviter :

→ Alkyphénol

→ Benzophénone 

→ Dioxine

→ Formol BHA

→ Huiles minérales de synthèse

→ Hydroxytoluène butylé (BHT)

→ LILIAL

→ Phthalates

→ Silicones (Cyclopentasiloxane)

→ Triclosan

Les allergènes

À leur contact, votre peau peut s’irriter et déclencher une allergie: eczema, rougeurs, gratouilles, on préfère éviter non ?

Les allergènes sont très présents dans les parfums mais également dans certains tensioactifs comme les sulfates (SLS, SLES et ALS) et le toluène. Mal dosées, les huiles essentielles peuvent aussi être dangereuses pour votre santé car elles sont très concentrées.

Privilégiez des produits développés spécifiquement sans allergènes, sans parfum ou adaptés aux peaux sensibles pour éviter tous risques ! 

2. Comment m’orienter vers les bons produits ?

Maintenant qu’on sait à quoi il faut faire attention, où peut-on se renseigner? 

La liste INCI, pardi ! 

Les produits cosmétiques sont encadrés par une réglementation stricte, il est obligatoire depuis 1998 d’indiquer tous les ingrédients d’une formule sur les étiquettes. C’est ce qu’on appelle la liste INCI : International Nomenclature of Cosmetic Ingredients (nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques for the French people). 

Que vous achetiez un produit cosmétique en Europe, aux États-Unis ou au Japon, vous retrouverez les mêmes méthodes d’étiquetage : des ingrédients en latin ou des noms de molécules rangés selon leur proportion dans la formule. Les pourcentages ne sont pas indiqués précisément pour protéger les marques de la concurrence mais l’ordre des matières vous permettra de connaître la proportion d’un composant par rapport aux autres. 

 

Vous pouvez désormais comparer la liste INCI de votre produit cosmétique avec notre article ! 

Et si je n’ai pas votre article sous les yeux ? 

Pas de panique. Il n’est pas nécessaire d’apprendre par cœur cet article avec des noms bizarres pour avoir des formules clean et efficaces dans sa salle de bain !

 

Vous pouvez vous aider du site internet et de l’application INCI Beauty. Grâce à une fonction recherche, vous pouvez vous renseigner sur n’importe quel composant d’un produit cosmétique. Vous pouvez également scanner votre produit pour avoir une estimation de sa liste INCI. Et si celle-ci n’est pas satisfaisante, l’application vous propose des alternatives ! 

 

Depuis 2018, vous pouvez également utiliser l’application Yuka pour vos produits cosmétiques. 

Faites vos produits vous-mêmes ! 

Pour être sûrs de ce qu’il y a dans vos produits, vous avez la possibilité de les faire vous-mêmes. Et comme il n’y a rien de pire que de sentir sa peau qui tiraille, on vous donne notre recette de crème de jour maison ! Simple, clean et efficace. 

 

Pour un pot de 100ml : 

70 g d’hydrolat (peau sèche : fleur d’oranger ; peau mixte à grasse : lavande ; peau mature : rose) 

25 g d’huile végétale (peau sèche : abricot ; peau mixte à grasse : jojoba ; peau mature : argan) 

8 g d'émulsifiant de votre choix

20 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse

 

Étapes : 

  1. Mettre l’hydrolat dans un bol et l’huile végétale et l’émulsifiant dans un autre. 
  2. Placer ces deux bols dans un bain marie à feu doux jusqu’à ce que l’émulsifiant ait fondu
  3. Retirer les deux bols du feu et verser le bol contenant l’hydrolat dans le deuxième. Remuer énergiquement avec un fouet jusqu’à obtenir une crème blanche. 
  4. Placer le bol dans de l’eau froide. Continuer de remuer jusqu’à obtenir une crème épaisse. 
  5. Ajouter l’extrait de pépins de pamplemousse. 
  6. Transvaser la crème dans le pot de votre choix. 
  7. Il ne reste plus qu’à l’appliquer sur la peau !

 

Grâce à l’extrait de pamplemousse, cette crème se conserve jusqu’à trois mois. 

 

PS : ajouter 30g d’huile de coco à la recette pour en faire une crème de nuit ! 

 

À vous de jouer, maintenant ! Et si vous n’avez pas le temps ou l’envie de vous mettre au DIY, on a repéré une marque de cosmétique parfaite pour la protection de votre corps et de l’environnement… 

3. Des marques clean et efficaces.

Chez SPRiNG, on vous propose des lessives et produits d’entretien débarrassés de matières controversées, d’allergènes et de perturbateurs endocriniens avérés. Et pour les cosmétiques, alors ?

 

On a découvert la marque MÊME. La première marque entièrement dédiée aux femmes concernées par le cancer. Ses produits aux formules naturelles sont testés cliniquement et/ou sous contrôle dermatologique et parfaitement adaptés aux peaux sensibles des personnes touchées par le cancer... mais pas que ! Pensée pour les besoins des peaux les plus intolérantes mais adaptée à toutes et à tous, quel que soit votre état de santé, MÊME vous propose donc des produits sans composants nocifs pour votre peau ! De plus, 1% de son chiffre d’affaires est reversé à Unicancer pour soutenir la recherche contre le cancer. Faites du bien à votre corps, à votre planète et aux personnes qui vous entourent. Avec MÊME, c’est tout votre corps qui vous dira merci : 

 

Avec MÊME, c’est tout votre corps qui vous dira merci : 

💅🏻 Vos ongles seront fortifiés et recouverts d’une jolie couleur 

🤚🏾 Vos mains et pieds seront tout doux grâce aux soins hydratants

🕺🏾 Votre peau lavée et nourrie grâce une huile divine 

💁🏼‍♀️ Votre visage aura un teint et des sourcils à jalouser

👩🏿‍🦲 Votre cuir chevelu sera apaisé pendant et après vos traitements

 

Vous possédez désormais le super pouvoir de décrypter une étiquette de cosmétiques ou de produits d’entretien ! Faites-en bon usage pour votre santé et votre planète !